Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Juin 2016 
L’emprise de la médecine – Peurs anciennes, peur nouvelle
Auteur : Christiane Betschen-Piguet

Les peurs, elles partent de mon enfance. Une mère hypocondriaque et possessive m’a tenue dans la maladie dès ma tendre enfance. Plusieurs anesthésies successives m’ont donné une peur bleue des blouses blanches! Cela a été ainsi jusqu’à la fin de l’adolescence puis l’intérêt pour les études choisies contre la volonté de mes parents et la rencontre de mon futur conjoint m’ont permis de prendre de la distance avec le monde médical et je n’ai presque jamais plus été malade!

Au fil des années, j’ai appris à gérer mes bobos et ceux de ma famille le plus possible avec des moyens traditionnels, cela grâce aussi à un médecin ami et compréhensif qui a respecté cette façon d’agir. Et l’âge venant, je persévère dans cette voie.

Alors que je me distancie de plus en plus de la médecine classique, je constate autour de moi son emprise de plus en plus forte. L’assurance-maladie obligatoire y contribue certainement avec, en arrière-plan, la prise de pouvoir des grandes sociétés pharmaceutiques et de toutes les industries dérivées qui s’enrichissent sur le dos de la population. Une population à qui on inculque la peur de la maladie. Alors que la maladie fait partie de la vie, tout comme la mort, les services sanitaires poussent tout un chacun à des dépistages, à des vaccinations dont les effets sont parfois très nocifs sans parler du stress qu’ils génèrent tout aussi dangereux pour la santé de ceux qui les subissent.

Et le mode de vie actuel se dégrade de plus en plus: les humains doivent se plier aux règles de l’économie basée sur le profit. Il y a toujours plus d’anxiété provoquée entre autres par la compétitivité, le manque de travail ou d’argent. L’augmentation des pollutions de toutes sortes agit à tous les niveaux de la vie sur terre. Maintenant, ma peur c’est cette dérive effrénée, en songeant à mes petits-enfants et à leurs descendants… à moins qu’un réveil salutaire vienne changer le cours des choses.

Christiane Betschen-Piguet, membre du comité rédactionnel de l’essor, L’Orient

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?