Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Avril 2016 
Le procureur qui devint politicien
Auteur : Rémy Cosandey

Thierry Béguin est l’exemple d’un cheminement étonnant et d’une perpétuelle remise en question. Né en 1947, il a progressivement passé de la droite maurrassienne au radicalisme, tendance humaniste. Il a eu une longue et fructueuse carrière politique, étant successivement conseiller général à La Chaux-de-Fonds et à Saint-Blaise, conseiller aux Etats et conseiller d’Etat dans le canton de Neuchâtel, où il a dirigé pendant huit ans le Département de l’instruction publique et des affaires culturelles.

Mais Thierry Béguin a aussi été juge d’instruction et procureur neuchâtelois. Dans un livre de souvenirs (Mémoires imparfaits, Edition de l’Aire, 2016), il raconte son parcours, ses ambitions et ses espoirs, ses succès et ses déceptions. Pour rester dans l’esprit du forum de ce numéro, citons un extrait de son livre dans lequel il souligne avoir aimé sa fonction de procureur.

«Elle me laissait une liberté appréciable dans l’organisation de mon travail et une réelle indépendance dans la conduite des affaires. J’entretenais des relations confiantes avec magistrats et jurés, chacun respectant le rôle et les prérogatives de l’autre. C’était encore l’époque où l’autorité de la magistrature s’imposait naturellement à condition de ne pas en abuser. Le sérieux dans le travail, un minimum de distance par rapport aux êtres et aux causes, le respect des personnes quelles qu’aient été leurs vilenies, concourraient à établir, notamment au prétoire, un climat suffisamment serein pour que la fermeté des réquisitions ne soulève ni indignation ni incompréhension. J’ai aimé ces tribunaux où se jouaient les petits et les grands drames, J’ai connu là d’innombrables destins marqués par les misères humaines, la malchance, l’égoïsme, le mal parfois.»

Les 170 pages du livre de Thierry Béguin permettent de découvrir le monde à la fois mystérieux et passionnant de la justice, ses grandeurs et ses faiblesses. Il faut le lire: c’est un témoignage personnel capable de réconcilier le droit et la justice.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?