Logo Journal L'Essor
2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011
2010 2009 2008 2007 2006 et 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Avril 2016    [59]
Le nazisme, l’apartheid et le droit
Auteur : Rémy Cosandey

Quel est le point commun entre un Juif allemand au temps du nazisme et un Noir sud-africain durant l’apartheid? Dès leur conception, l’un et l’autre sont marqués pour la vie et le jour de leur naissance coïncide avec celui de leur condamnation. Le Juif parce qu’il n’est pas «aryen» et le Noir pare qu’il n’est pas Blanc. Telle est la loi de l’Etat raciste! A partir de ce constat, Raymond Spira a écrit un livre intitulé Le nazisme, l’apartheid et le droit (Editions Alphil). Le sous-titre résume bien l’ouvrage: Quand l’injustice se fait loi.

En 250 pages, l’auteur explique la situation dans ces deux pays. Il souligne notamment que la discrimination pratiquée en Allemagne et en Afrique du Sud avait un fondement juridique solide dans la législation, car il s’agissait d’un racisme étatique, alors qu’aujourd’hui le racisme constitue dans la plupart des Etats démocratiques un comportement réprimé par la loi.

Dans son préambule, Raymond Spira reconnaît qu’il est difficile de concilier droit et justice. Il arrive en effet parfois que la loi protectrice des droits individuels se retourne contre les personnes qu’elle est censée protéger. C’est le cas, par exemple, pour les travailleurs clandestins et autres «sans papiers» qui survivent misérablement en étant exploités par des employeurs sans scrupules. S’ils se font prendre, ils peuvent obtenir la rétribution et la protection sociale auxquelles ils ont droit selon la loi en vigueur au lieu de travail, mais ils risquent aussi une sanction pénale et l’expulsion du pays du séjour irrégulier. Dans cet exemple, le droit suscite l’injustice.

Bien qu’il ait été juge fédéral, Raymond Spira n’utilise pas des formules et des mots alambiqués. Son ouvrage se lit comme un véritable roman et tous ceux qui s’interrogent sur le droit et la justice, sur le juste et l’injuste, devraient «se mettre en route pour une visite guidée de cet effrayant musée!» Un livre qui se termine heureusement par le texte de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?