Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Octobre 2006 
En réponse à Delia …
Auteur : Yvette Humbert Fink

«Puis vint Guernica de Picasso. Une œuvre forte criant l’horreur de la Guerre d’Espagne par une imagerie symbolique. Dès lors, l’art coté dédaigna la beauté qui inspire au profit d’un art cru exprimant des messages d’angoisse et de révolte tirant le spectateur vers le bas». Cet extrait d’un texte de Delia Mamon publié dans notre dernier numéro nous a valu quelques réactions. Nous publions celle d’Yvette Humbert Fink.

Source Wikipedia

Septembre 1980: grande exposition de Picasso au «MoMA» (Museum of Modern Art) de New York que j’ai la chance de pouvoir visiter, des amis m’ayant prêté leur appartement pour un mois dans cette ville. Dès l’entrée du hall, la grande toile est là, grise noire et blanche avec ses femmes qui pleurent, qui hurlent, qui supplient. L’épouvante se lit dans les yeux, bêtes et gens confondus. Toute l’inhumanité de la guerre, de toutes les guerres, est exprimée avec force. Si cette toile «nous tire vers le bas», c’est parce qu’elle nous fait prendre conscience de ce dont sont capables les hommes. Guernica ne préfigure-t-il pas les destructions futures et froidement programmées de Dresde, d’Hiroshima et de Nagasaki? En plus d’une œuvre d’art remarquable par sa composition et le choix de sa palette, cette toile perpétue la mémoire de la petite ville basque ravagée et nous amène à réfléchir sur la paix, notre plus grand devoir actuel.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?