Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Octobre 2006 
Message aux amis de l’essor
Auteur : Bernard Walter
Courrier des lecteurs

Je vais être un peu abrupt, mais moins que les Israéliens au Liban, donc vous me le pardonnerez bien. Mais vraiment, dans le monde, les Occidentaux ont dépassé toutes les bornes.

Allez-vous enfin sortir de votre molle et coupable neutralité, laquelle, me semble-t-il, ne masque rien d’autre qu’un accord avec les pratiques criminelles des USA et d’Israël, et avec eux des autres pays occidentaux complices? Allez-vous, vous qui dans votre charte prônez la paix et l’amour, encore rester une fois sans rien dire? Prendrez-vous une fois clairement position contre les politiques belliqueuses, assassines et lâches de l’Occident face à des pays démunis qui n’ont aucun moyen pour résister à la brutalité monstrueuse des technologies de la guerre moderne? (Ne me parlez pas du numéro sur l’Irak: c’est moi qui l’ai proposé, conçu et réalisé dans sa plus grande partie, sauvant peut-être ainsi un minimum l’honneur de l’Essor.)

«La paix universelle se réalisera un jour non parce que les hommes deviendront meilleurs (il n’est pas permis de l’espérer); mais parce qu’un nouvel ordre des choses, une science nouvelle, de nouvelles nécessités économiques leur imposeront l’état pacifique».
Anatole France

Les relations Nord-Sud sont depuis longtemps révoltantes. C’est avec le colonialisme que tout cela a commencé. Et depuis, la domination des Blancs de l’Occidents sur les peuples du monde ne s’est jamais relâchée. Mais ce qui se passe depuis seize ans (chute du Mur de Berlin et des restes de ce qu’on a appelé «bloc communiste») dépasse tout. Il y a eu la première guerre contre l’Irak, l’embargo qui a causé la mort de 500 000 enfants («ce qui ne compte pas en regard des intérêts des USA», a dit une femme, Mme Albright, ministre des affaires étrangères américaine); les «ajustements structurels» commandés par le FMI et la Banque mondiale; les massacres au Rwanda où il était si facile d’intervenir et où personne ne l’a fait, avec pour résultat un million (!) de morts ou plus (alors que les mêmes Occidentaux se permettent, pour trois soldats occupants, de détruire ou laisser détruire un pays tout entier); la faillite d’un immense et riche pays comme l’Argentine; l’écroulement suspect des deux tours à New York, prétexte à l’écrasement de l’Afghanistan et de l’Irak; la Palestine, victime des agressions constantes d’Israël, qui s’est permis d’enlever des hommes politiques démocratiquement élus (ces Occidentaux qui n’ont que ce mot à la bouche!) et de détruire les infrastructures du parti vainqueur aux élections démocratiques! Et pour ne pas en rester là, le régime israélien a détruit des installations vitales pour cette prison à ciel ouvert qu’est la Palestine (eau et électricité). Et maintenant, le Liban: carnage et destruction délibérée de nombre d’infrastructures du pays, en particulier des communications, bombardements par l’aviation de groupes de civils en fuite, de convois de voitures… Est-ce qu’il faudra vraiment un lâcher de bombes atomiques avant de réagir?

«La guerre et le commerce ne sont que deux moyens différents d’arriver au même but, celui de posséder ce que l’on désire».
Benjamin Constant

Je vous prie d’avoir la bonté de publier cette lettre comme réaction de lecteur. Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ce message et vous transmets, amis de l’Essor, mes bonnes salutations.

Bernard Walther


Réaction anonyme d'une lectrice, reçue par courriel :

L'auteur du "courrier des lecteurs" (paru dans votre dernier numéro) est révolté contre l'ordre du monde. C'est son droit... et j'ai même plutôt tendance à penser comme lui.

Cependant, en voulant secouer spécifiquement l'essor et ses amis (donc vous et moi ses lecteurs et lectrices), je pense qu'il se trompe de cible. Et j'expliquerai ci-dessous pourquoi. Mais j'ajouterai d'abord que je ne suis pas du genre à m'offenser facilement de ce qui n'est somme toute qu'une opinion personnelle. Ce qui m'a fait réagir pourtant, c'est ce passage spécifique:

(Ne me parlez pas du numéro sur l’Irak: c’est moi qui l’ai proposé, conçu et réalisé dans sa plus grande partie, sauvant peut-être ainsi un minimum l’honneur de l’Essor.)

Tiens, tiens… ce numéro était-il donc pour celà meilleur que les autres ? Nous voilà éclairés ! Vous avez mis la main à la pâte. Très bien. Vous avez pris en charge la responsabilité d'un forum. Félicitations. Sincèrement.
Mais vous auriez ainsi "sauvé l'honneur de l'essor", dites-vous ? Enfin… "peut-être" et "un minimum" écrivez-vous. Pardonnez-moi aussi d'être -comme vous le dites dans votre article- "un peu abrupte" mais je trouve ces paroles prétentieuses. Un peu en tout cas.

Contribuer à un forum de l'essor, beaucoup l'ont fait avant vous. D'autres le feront encore à l'avenir. Et de tous ces contributeurs rédactionnels, nul besoin de sauver l'honneur. Merci pour eux.

Sans être un journal de ligne dure, l'essor fait depuis longtemps entendre nos voix pour dénoncer les injustices, que nous savons nombreuses. Vous n'avez pas le monopole du courage d'opinion: nombreux sont les lecteurs qui réfléchissent, dénoncent et même parfois agissent !

On a déjà entendu ailleurs: "Dieu vomit les tièdes". C'est un peu ce que votre éclat m'évoque. Comme s'il fallait être nécessairement révolté pour trouver grâce à vos yeux. Or, dites-moi ? Que savez-vous des efforts entrepris (à petite ou grande échelle) par les divers amis de l'essor pour rendre ce monde un peu meilleur ? Ne pouvant parler pour les autres lecteurs, permettez que je témoigne. En 24 ans passés comme infirmière dans les coins les plus reculés de la planète, j'ai donné la moitié de ma vie (et un bon bout de ma santé) pour venir en aide aux autres. J'ai soigné, nourri, abreuvé, transporté, pansé et réconforté quelques milliers de mes frères humains, sur quatre continents. Partout où j'ai pu le faire, j'ai témoigné des atrocités que je voyais. D'autres amis de l'essor ont fait mieux, ou autrement, ailleurs. Et nous devrions, à vous lire, sortir de notre molle et coupable neutralité ? Tiens, tiens... !

Le monde dans lequel nous vivons n'est pas conforme à vos rêves. On l'aura compris. Il n'est pas conforme aux miens non plus. Vous avez le droit de vouloir le changer. Je vous approuve. Mais ne vous trompez pas de cible. La guerre commence dans le coeur de chacun. C'est une des choses que Gandhi m'a apprise... lui qui disait: "Vous devez être le changement que vous désirez voir en ce monde.

Avec mes meilleurs vœux de succès dans ce que vous entreprendrez...

Une vieille amie de l'essor.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?