Logo Journal L'Essor
2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011
2010 2009 2008 2007 2006 et 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Février 2018    [51]
Et pendant ce temps-là…
Auteur : Emilie Salamin-Amar

Je m’élève contre le formatage des cerveaux qui voudrait faire de moi une éboueuse modèle. J’estime que le tri sélectif n’est pas, et n’est plus du tout dans mes priorités depuis que j’ai pris connaissance du fait qu’ailleurs, pas loin de chez nous, juste de l’autre côté de la Méditerranée, en Libye, d’autres pratiquent le tri ethnique entre autres, et plus précisément des ventes aux enchères d’êtres humains. De qui se moque-t-on? Comment puis-je continuer à penser, dans mon petit coin de paradis, à l’écologie, au bien de la planète, aux générations futures, alors que d’autres personnes sont vendues à la criée, louées pour un jour ou un an, si ce n’est pas à vie! Il me semble qu’il est grand temps de sortir le nez de nos poubelles et de s’intéresser d’un peu plus près à ce qui pourrait être prioritaire pour notre planète.

Il y a urgence à reconsidérer notre mode de pensée et cesser de se focaliser sur nos déchets. Dans ma boîte à ordures personnelle, j’y mettrais entre autres: le glyphosate, les perturbateurs endocriniens, les produits cancérigènes, et toute la kyrielle de produits toxiques ou nocifs pour la santé humaine et animale. Je n’hésiterais pas non plus à y rajouter les fabricants et vendeurs d’armes conventionnelles et chimiques. Je mettrais à l’index tous ceux qui en cautionnent la mise sur le marché. Je proclamerais que les exportations ou les importations de ceux-ci sont passibles d’emprisonnement. Trop, c’est trop! J’ai le sentiment que l’on nous prend réellement pour des demeurés.

Le changement climatique s'est produit
à cause du comportement humain, donc
il est naturel que ça soit aux êtres
humains de résoudre ce problème.
Il se peut qu'il ne soit pas
trop tard si nous prenons des
mesures décisives aujourd'hui.
– Ban Ki-moon

Je ne veux plus que l’on me culpabilise sous prétexte que la Terre, notre belle planète est en danger. Et pourtant, il est vrai que celle-ci souffre de par nos comportements, mais ce n’est pas en triant mes ordures, en coupant l’eau quand je me lave les dents, en baissant mon chauffage de 1°, qu’à mon petit niveau, je vais changer quoi que ce soit. C’est totalement illusoire! Personne ne parle, par exemple, de la pollution générée par les transports aériens dont les prix sont de plus en plus bas. Dernièrement, j’ai lu qu’un vol Paris-New-York coûtait à présent 150 euros. Allons, ceci n’est pas sérieux! Une analyse de fond s’impose. Les fabricants en tous genres et la filière de l’agroalimentaire doivent changer d’urgence leur manière de fabriquer les aliments et autres produits de consommation. Nos gouvernements devraient pouvoir reprendre le contrôle et cesser de fermer les yeux devant les lobbys. Car, finalement, on ne sait plus par qui nous sommes gouvernés.

Je me refuse à apporter ma pierre pour construire un monde nouveau, propre, digne d’être légué à notre descendance. Et bien, moi, ma contribution sera un cri d’indignation! Il y a urgence de mettre un terme à toutes ces guerres inutiles. Sauver les êtres humains, en premier lieu, puis lorsque enfin cessera le bruit des canons, alors à ce moment-là, nous pourrons faire en sorte de commencer, enfin, à amorcer un virage pour créer un monde de partage dans lequel nous pourrons cohabiter dignement avec toutes les espèces vivantes, qu’elles soient humaines, animales ou végétales. Un jour, peut-être, nous finirons bien par nous humaniser, de cesser de nous entretuer.

Il est inutile de se conforter en se donnant l’illusion d’habiter dans une petite Suisse bien «propre en ordre» si nos industries et le reste du monde continuent à fonctionner différemment. Le changement doit être planétaire et l’exemple doit impérativement venir d’en haut. A vrai dire, que font-ils les grands de ce monde en perdition? Ils se réunissent depuis plus de 20 ans. Et, qu’est-il sorti de leurs chapeaux de magiciens? Rien, ou si peu de choses! L’année dernière, ils sont enfin tombés d’accord, sur le fait qu’ils étaient d’accord sur l’urgence d’agir, mais pas tout de suite! Il paraît que le miracle devrait se produire en 2050. Ni vous, ni moi ne pourrons leur faire de procès, puisque d’ici là… ils seront tous morts.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?