Logo Journal L'Essor
2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011
2010 2009 2008 2007 2006 et 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Décembre 2017    [55]
Simple ou en kit?
Auteur : Edith Samba

Sans grand risque de se tromper, on peut reconnaître que la recherche de petits et de grands bonheurs présente l’un des plus puissants moteurs de la vie sur terre, et même au-delà pour d’aucuns. Si les religions se sont bien chargées d’énumérer bon nombre de préceptes pour favoriser ces moments privilégiés sur terre, elles ont souvent préféré les réserver pour l’au-delà, dans la mesure où les commandements édictés avaient bien été respectés. Cela pourrait se discuter à l’infini…

Il n’empêche que chacun tente, dans la mesure de ses moyens et ses facultés, d’atteindre cet état de félicité tant recherché. On ne peut pas nier que le confort, sous toutes ses formes, un repas quand on a faim, un véhicule pour bouger, un bon chauffage en hiver, des moyens sanitaires quand on est malade, peut apporter des moments de joie, de réconfort indéniables. C’est surtout un état d’esprit ouvert à leur passage qui est important, un art de les reconnaître, de les apprécier, de les déguster, avec une infinie reconnaissance.

Certains moments de joie profonde sont souvent le fruit de longs efforts, d’une recherche, d’une volonté concentrée sur leur concrétisation. Mais on peut être aussi très surpris, émus par les cadeaux offerts sans retenue par la nature sous toutes ses formes, la grâce de gestes humains attentionnés, d’admirables créations artistiques. Des harmonies de sons, de formes, de couleurs peuvent transmettent, pour peu que notre sensibilité soit aux aguets, une charge émotionnelle transcendante.

Parallèlement à des plaisirs simples, gratuits, disponibles au gré des hasards, notre société de consommation s’est chargée depuis longtemps de nous convaincre que ses produits mis sur le marché allaient nous apporter, proportionnellement à nos moyens financiers, pratiquement à l’infini si on y met le prix, ses moments de bonheur en kit. On peut se poser la question de la valeur de ces sollicitations marchandes. Non seulement invasives, volontiers hypnotiques, trop souvent inutiles ou mensongères, elles engagent de multiples addictions, s’enfilant comme des perles sur un collier, engrenages profitables à souhait pour les concepteurs et leurs donneurs d’ordres. Difficile pour autant d’en juger la qualité, c’est affaire bien trop personnelle.

Enfin, si le dictionnaire laisse entendre que ces temps de bonheur devraient être permanents pour coller à sa définition, il semble bien qu’en réalité, la plupart de ceux-ci sont plutôt éphémères, insaisissables, souvent réduits à quelques instants. Il n’empêche que petits ou grands, profonds ou furtifs, ils restent toujours précieux pour le moral et fécond pour l’esprit.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?