Logo Journal L'Essor
2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011
2010 2009 2008 2007 2006 et 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Février 2017    [72]
Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits
Lu par : Marc Gabriel

Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits
Salman Rushdie
Éditions Actes Sud
2016 – (320 pages).

Titre énigmatique, qui aussitôt pique la curiosité du lecteur. L’explication arrive très tôt dans la lecture de ce roman, ou plutôt devrait-on dire, de ce conte «oriental». Vous, je ne sais pas, mais en ce qui me concerne, lire Salman Rushdie est un exercice de liberté bienvenu, un moment de légèreté «lourde» de sens, cet instant de rupture où les équilibres en place, figés dans leurs impossibles contradictions, basculent vers un monde plus humain, plus tendre, plus drôle.

«… ils sont fantasques, capricieux, impudiques, ils se déplacent très vite, changent de taille et de forme et réalisent bon nombre de vœux des mortels, hommes et femmes, qu’ils en décident ainsi ou s’y trouvent contraints, et leur perception du temps est radicalement différente de celles des êtres humains. Il convient de ne pas les confondre avec les anges, même si certains récits anciens affirment à tort que le diable en personne… …fut le plus grand des jinns.»

Rushdie joue avec la perception que nous pouvons avoir des tristes événements qui jalonnent notre temps. Le monde magique confron té à l’existant devient passionnant, à la fois fantastique et réaliste, à la fois historique et futuriste. Mais à quoi peuvent bien correspondre ces deux ans, huit mois et vingt-huit nuits? Une fois résolue, cette petite devinette apporte une saveur supplémentaire à ce livre dense et, j’ose le dire, «merveilleux» au sens du conte fantastique et érudit que nous propose l’auteur des Versets sataniques.

Pêle-mêle, vous croiserez la Princesse de la Foudre, une jinnia ébouriffante, amante d’Averroès et notre époque avec quelques uns de ses avanta-vénients.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?