Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Juin 2016 
Eros et Thanatos
Auteur : Emilie Salamin-Amar

Il arrive que l’amour et la mort se rejoignent par le biais d’un autre sentiment qui est celui de la peur. Celle-ci peut être influencée ou déclenchée par la raison, la pensée, l’inconscient, l’inconnu, l’étranger, la méconnaissance, ainsi que l’ignorance. Lorsqu’une personne est envahie par la peur, elle bascule dans le monde des angoisses et peut sombrer dans un univers pulsionnel. La peur vient d’un coup, par surprise, au moment où l’on ne l’attend pas. On dit d’ailleurs être terrassé par la peur. Sorte de signal d’alarme qui peut très bien être déréglé, car incontrôlée, elle tétanise ceux qui la ressente comme si elle voulait leur rappeler qu’ils sont vulnérables, et par conséquent mortels. La peur est également communicative, tel un virus, elle peut se propager d’un être à un autre, sans raison, sans explication autre que la peur d’avoir peur! Deux questions s’imposent: est-ce que la peur est intimement liée à des angoisses ressenties durant notre plus petite enfance? Ou bien a-t-on hérité de vieilles peurs ancestrales, primitives? Peut-être un savant mélange des deux. Chez tout individu, les peurs nouvelles se télescopent avec les plus anciennes qui refont surface alors qu’on les croyait enfouies à jamais. Effectivement, lorsque l’on est confronté à une nouvelle sorte de peur, tous les anciens schémas auxquels on a fait face dans le passé resurgissent comme par enchantement du fin fond des abysses de notre cerveau.

Devons-nous apprendre à gérer nos peurs? C’est une question difficile! Tout être vivant fait, un jour ou l’autre, l’expérience de la peur, elle fait partie intégrante du fonctionnement des êtres humains et du monde animal. Je pense qu’un monde sans peur n’existe pas. Je ne saurai me prononcer quant au monde végétal, car jusqu’à ce jour, je n’ai encore jamais entendu d’appel au secours d’une salade ou d’une carotte alors que je m’apprêtais à les découper ou à les plonger dans de l’eau bouillante.

Emilie Salamin-Amar, écrivaine, membre du comité rédactionnel de l’essor, Échichens

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?