Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Août 2013    [57]
Destination… ailleurs
Auteur : Aurore Girardet
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

On naît, on vit, puis on meurt.

C'est comme ça, c'est un cycle, c'est tout.

Le temps passe, nous file entre les doigts; chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde qui passe nous rapproche inéluctablement de l'instant où notre cœur s'arrêtera de battre, et nous cesserons d'être.

La mort… sujet tabou. Elle est en même temps concrète et très abstraite. Elle est la seule «chose» que nous ne puissions éradiquer, elle nous fait peur. Nous ne pouvons pas y échapper, puisque nous sommes mortels, ni la contrôler; c'est peut-être pour cela qu'elle nous angoisse. Préparés à la guerre, à la famine, aux catastrophes naturelles, nous sommes toujours désemparés lorsque la mort surgit. Un être cher disparaît, dans notre pauvre esprit meurtri, nous ne voulons croire qu'à un départ en vacances, de très longues vacances… et puis un jour, on réalise, la douleur nous envahit, les pleurs coulent à flots, le deuil se fera tôt ou tard, plus lentement pour ceux qui de surcroît se laissent aller à la révolte. Que reste-t-il alors des gens qui disparaissent? Naissons-nous dans le but ultime que pour mourir?

Les livres que nous écrivons, les amitiés que nous entretenons, les enfants que nous faisons, les souvenirs que les gens ont de nous, c'est ce qui restera de nous. Ainsi, quand notre humble mission arrive à son terme sur Terre, que nous soyons célèbres ou pas, tout cela se grave dans les cœurs comme dans l'Histoire des Hommes. C'est alors que se pose la question: qu'adviendra-t-il de nous très exactement? Le mystère reste entier. Mais ce qui est certain, c'est que la mémoire, le souvenir, greffé dans le cœur de nos proches, nous permet de goûter à l'éternité, bien au-delà de la mort.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?