Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Juin 2012 
Le nucléaire vaudois à vau-l’eau
Auteur : François Iselin

La centrale de Lucens refait parler d'elle!

Lasse d'être oubliée par ses géniaux concepteurs, abandonnée par ceux qui l'encensaient avant sa ruine, lasse d'être censurée par les médias; le mystérieux sarcophage vient de redonner de sa voix d'outre-tombe. Certes, ce n'est plus la «grosse pétée» du 21 janvier 1969, qui élevait les Vaudois sur le podium «des dix plus sérieux accidents nucléaires civils dans le monde»1. Cette fois, ce n'est qu'un jet de tritium2, une pissette radioactive banale, sauf que sa teneur en effluents a augmenté de 15 fois en quelques semaines3! Après 42 ans de repos forcé dans sa caverne prétendument «décontaminée», cette fuite de tritium pourrait n'être qu'un rot passager ou, au contraire, le signe annonciateur d'un vomissement intarissable.

«Votre Henniez, avec ou sans tritium?»

Cette fameuse eau de source était vantée pour sa vertu «acratopège». Nul ne savait ce que ce terme signifiait, mais l'appellation «sans qualités particulières» faisait vendre! Dorénavant, il est à craindre que la «Nestlé Waters Suisse SA» (ex Sources Minérales Henniez SA), doive renoncer au qualificatif d'«acratopège» si le tritium baladeur atteignait la source d'Henniez à 5 km en aval de la Broye. C'est que les exigences des buveurs d'eau en bouteille se sont éco-bio-raffinées. On n'en est plus en 1986 quand les Lucençois, peu regardants sur la pureté de l'eau de leur Broye, projetaient de «construire sur le site (de Lucens)trois halles industrielles en plein air destinées à accueillir «temporairement» tous les déchets nucléaires de la Suisse»4 !

Ces diables de réacteurs osent violer les lois de la physique!

Ils sont si capricieux et insolents qu'on ne sait jamais quels coups tordus ils mijotent. A Lucens en 1971, j'ai pu inspecter les trois barrières d'étanchéité de la «piscine»5: du tip-top-propre-en-ordre… et pourtant elles fuient! C'est à n'y rien comprendre, car les ingénieurs avaient décrété en 1962 que «La disposition souterraine de la centrale garantit la meilleure protection de la population et du voisinage ainsi que du personnel d'exploitation, même dans le cas de l'accident hypothétique maximum défini comme l'enveloppe des accidents les plus graves que l'on puisse concevoir»6. Ce réacteur fantasque a de quoi agacer ses géniaux concepteurs qui avaient pourtant tout prévu. L'ancien directeur de Lucens, M. Jean-Paul Buclin, ne déclarait-il pas il y a un an «Il ne reste plus aucune radioactivité»7? Et ce savant prétentieux avait déjà annoncé en 1973, lors de l'achèvement de la décontamination et vient de confirmer que: «Contrairement à une rumeur tenace, relayée par des sites internet […] il ne reste plus aucune trace de radioactivité»8.

Quant à M.André Gardel, promoteur de Lucens, il sommait en 2008 la population de se soumettre tête baissée aux aléas de la science: «On [qui?] doit souhaiter que l'homme de la rue [des ignares!], aidé en cela par les médias[aux ordres!], se familiarise avec la radioactivité, omniprésente [c'est hélas de plus en plus vrai], et l'énergie nucléaire, indispensable [ce qui n'est plus vrai du tout]»9.

«Un beau sac de nœuds d'intérêts divergents»10

Et tous ces ouvrages titanesques pour le seul profit de ses promoteurs? Erreur! Ils ne sont pas que cupides, ils sont belliqueux. Sous le cache-sexe d'«Atome pour la paix», ils préparaient secrètement la guerre atomique dont Lucens devait bricoler une première bombinette Swissmade. Paul Scherrer, père de la bombe atomique suisse, Karl Kobelt, ce Dr Folamour helvétique, et autres va-t-en-guerre préconisaient l'armement nucléaire de la Suisse. Ainsi, ils noyautèrent le chef de l'armée, Paul Chaudet, qui déclarait «L'introduction de l'arme atomique se heurte à des difficultés d'ordre politique, mais rien ne dit qu'au rythme où nous marchons, une telle arme ne puisse être prise en considération dans un délai relativement bref». C'était en 1957; cinq ans après s'ouvrait le chantier de Lucens!11

Pollueurs-payeurs? Non: pollueurs-pendables!

Le principe écologique du «pollueur payeur» n'a jamais payé! Leurs pollutions chroniques leur rapportant des milliards, ils se font un malin plaisir de graisser la patte des écologistes offusqués et d'arroser leurs victimes… n'est-ce pas M. Stephan Schmidheiny? Pour les empêcher de nuire, seule la pendaison, au fléau de la balance de Dame Justice, peut calmer leurs ardeurs ravageuses.  Quoi? La Justice, si tatillonne pour pourchasser les coquins, serait-elle incapable de juger les pires des criminels, ceux qui impunément affament, assoiffent, dépouillent et terrorisent?

Un Tribunal pénal international pour les crimes productivistes

Qu'importe que ces pollueurs-prédateurs-empoisonneurs aient cassé leurs pipes, l'instruction de leurs forfaits calmera leurs émules. Et puis, faute d'être jugés, ils iraient polluer ailleurs… n'est-ce pas M. Stephan Schmidheiny? Ayant emprunté, comme lui, la «Route des rats», le nazi, docteur en physique autrichien, Ronald Richter, est arrivé en 1948 en Argentine où il a construit, avec l'appui du général Perón, un laboratoire nucléaire secret sur l'île de Huemul, sur le lac Nahuel-Huapi près de Bariloche12. «Heureusement que ça n'a pas marché, car dans le cas contraire nous serions tous morts», concluait une commission d'enquête une fois la centrale démantelée. D'après ce qu'on se disait là-bas, mû par un fol amour pour son Fûhrer, Richter projetait de le venger en déclenchant une troisième guerre mondiale, mais à coup de mégatonnes cette fois! Un Hiroshima planétaire.


 NOTES:

1 "Lucens, le rêve nucléaire fondu ". Le Temps 21.1.2009

2 Le tritium est relativement rare a l'état naturel, mais est émis dans l'environnement par l'industrie nucléaire dans le fonctionnement normal des réacteurs nucléaires lors du traitement des déchets de combustibles et des d'explosions nucléaires.

3 Confédération Suisse. OFSP. 4.4.2012

4 24 H 14.11.1986 et 19.10.1986

5 Voici la composition des trois barrières d'étanchéité entre la "Piscine" et la roche.

PISCINE
1ère BARRIèRE
1 Revêtement en acier inox
2 Détection des fuites des soudures
3 Béton armé de la piscine

Vide entre la 1ère et la 2ème BARRIèRE
19 Canalisation de récolte des fuites éventuelles
20 Galerie de contrôle
21 Appui Téflon

2ème BARRIèRE
4 Béton légèrement armé
5 Mortier de protection
6 Feutre bituminé
7 Revêtement Epoxy 2 couches
8 Couche de peinture
9 Béton armé de la caverne

3ème Barrière
10 Béton légèrement armé
11 Mortier de protection
12 Feutre bituminé
13 Revêtement Epoxy 3 couches dont une armée de fibres de verre
14 Feuille en aluminium de contrôle électrique de l'étanchéité
15 Couche de peinture

Drainage
16 Béton armé …
17 Drainage de l'eau du rocher
18 Béton poreux de drainage sur molasse


6 "Centrale nucléaire de Lucens", Bulletin technique de la Suisse romance, 30 juin 1962.

7 24 Heures 30.4.2011

8 24 Heures 2.1.2012

9 24 Heures 27.12.2008.

10 Tobias Wildi, "Der Traum von eigenen Reaktor. Die schweizerische Atomtechnologie-Ent wickliûng, 1945-1969", Ed. Chronos. 2'003"

11 "Quand la Suisse courrait après la bombe", Science et Vie, février 1997.

12 Emmanuel Michaud," L'exil des réfugiés nazis vers l'Argentine, l'analyse du point de vue argentin," Mémoire de master, 5. 11.2011.



 

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?