Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Juin 2011 °
Une société qui n'existe plus...
Auteur : John Vuillaume

Ne préparons pas nos enfants à entrer dans une société qui n'existe plus

L'école en péril? Un questionnement qui apparaît plutôt abstrait pour l'homme de terrain que je suis. Ce que je vois trop souvent, ce sont des collègues enseignants en grande difficulté professionnelle et personnelle, au bord ou en plein épuisement, parce qu'ils ont la charge dans leurs classes de cinq ou six élèves qui ne sont pas éduqués. Loin de moi l'idée de stigmatiser les parents démissionnaires ou laxistes: la situation est telle qu'elle est et les professionnels de l'enseignement doivent composer avec elle. Mais dans les établissements dans lesquels les équipes de direction, qui peuvent s'appuyer sur des spécialistes avérés en psychologie scolaire ou en assistance sociale, s'occupent des cas d'enfants les plus problématiques, nous voyons un corps enseignant soulagé se concentrant davantage sur ses tâches de transmission des savoirs et de formation de nos chères têtes blondes. Ce cas de figure ne se rencontre pas encore suffisamment dans nos écoles à mon goût: en effet, pas de bonne école sans un corps enseignant bien dans sa peau et bien formé.

Certains constats pourraient laisser à penser que nous allons droit dans le mur si nous ne refondons pas notre école républicaine et laïque: l'école n'a plus le monopole du savoir, l'hypermédicalisation menace, l'école n'a plus toujours la confiance de la société, l'école tend à devenir un prestataire de service et à perdre sa dimension institutionnelle, etc.

Ne restons pas les bras croisés et agissons pour que l'école demeure la gardienne des traditions et soit un tremplin vers la modernité. Ne préparons pas nos enfants à entrer dans une société qui n'existe plus. Ne jouons pas l'opposition stérile entre nouvelles technologies et culture classique mais parions plutôt Platon sur Ipad! Allumons la curiosité, entretenons les enthousiasmes et gardons une place fondamentale à la culture dans nos écoles, qu'elle soit scientifique, technique, littéraire, artistique, philosophique, historique ou musicale. Celui qui ne sait pas d'où il vient ne sait pas qui il est et où il va. Plus nous nous cultivons, plus nous nous ouvrons aux réalités qui ne sont pas les nôtres. Quand je vois que près d'un Suisse sur trois vote UDC, j'ai l'impression que l'école a fait quelque chose de faux. Trop de redoublements, trop d'humiliation, trop de souffrance, de mise à l'écart et de dévalorisation! Pas assez de théâtre, de littérature, d'histoire, de philosophie, de sciences, d'éducation civique et d'ouverture culturelle sur les autres civilisations qui nous entourent!

John Vuillaume
enseignant et syndicaliste




On n'enseigne pas seulement ce que l'on sait,
on enseigne ce que l'on est.
Jean Jaurès

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?