Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Décembre 2010 
Fausses notes
Auteur : Mousse Boulanger
Fausses notes
François Debluë, Editions l'Age d'Homme, 2010

Il y a des livres qui changent la vie. Oh! je sais que le temps de lecture se limite, de nos jours, au journal quotidien, et encore, il est souvent remplacé par la télé. C'est pourquoi je vous parle d'un livre qui s'intitule «Fausses notes», livre formé de petits fragments, des réflexions, des pensées, des flashs brefs, tout cela permet de lire durant quelques minutes, puis de refermer le bouquin pour avoir envie de le rouvrir quand le stress de la journée le permettra. Pour vous permettre d'en connaître un peu plus, voici un léger extrait:

« Le pacifisme, ici et maintenant, sans doute la seule attitude moralement défendable. Rien ne saurait justifier un meurtre; rien ne saurait justifier aucune tyrannie. Mais comment ignorer, dans le même temps, ce qu'il y a d'angélisme dans le pacifisme? Ce qu'il y a de luxe à se dire pacifiste lorsqu'on est à distance de la guerre? Comment attendre de celui à qui on a enlevé, violé et tué sa femme et ses enfants qu'il demeure serein, modéré – et qu'il garde ses distances? »

L'humiliation appelle la vengeance. J'ai refermé le livre pour réfléchir et mettre de l'ordre dans mes idées, mes convictions. Puis, presque sans le vouloir, j'ai repris le livre, ouvert à peine une page plus loin et voilà que je lis:

« Les vautours et les charognards prêts à fondre sur leur proie défaite; à peine l'ennemi ravagé, le pays dévasté, voici que déjà les affairistes du camp victorieux se précipitent. Sous prétexte d'œuvrer à la reconstruction de ce qu'ils ont détruit la veille, une nouvelle guerre commence, entre vainqueurs, qui est celle du profit – et que l'on voudrait nous faire croire qu'elle est moins sale que l'autre! Chacun y va de sa volonté de "se placer", de son besoin de conquérir des parts de marché. La dépouille du vaincu à bon dos ».
Là, à vous de voir, je vous laisse réagir selon votre sensibilité, mais juste pour la route, voici un léger sourire: «Contrairement à d'autres, lorsqu'il est exposé au soleil l'homme ne mûrit pas!»

Je rappelle le titre du livre: «Fausses notes», de François Debluë. 185 pages de réflexions tantôt sérieuses, tantôt malicieuses, un livre qui rend meilleur.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?