Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Décembre 2010 
Les Valets de nuit
Auteur : Mousse Boulanger


Les Valets de nuit

Marie-Jeanne Urech, Editions de l'Aire

 La situation de crise mondiale est le thème du roman de Marie-Jeanne Urech. L'écrivaine s'est inspirée de la tragédie des «subprimes» aux états-Unis pour bâtir un roman qui prend aux tripes et ne lâche pas le lecteur jusqu'à l'ultime dénouement. Son histoire est si bien documentée, si justement développée, qu'on se demande si elle a été jusqu'à se plonger dans l'univers de misère provoqué par le système bancaire américain. En effet, elle s'est rendue à Cleveland afin d'y vivre la tragédie de ses habitants.

 L'atmosphère de la ville où se déroule l'histoire est lugubre, glaciale. Une famille qui porte bien son nom, les Chagrin, possède une maison dans une rue qui peu à peu se vide de ses habitants. Ceux-ci expulsés de nuit afin d'éviter la honte, abandonnent leur maison dont ils ne peuvent plus payer les intérêts exorbitants. Dès leur départ, les maisons sont  visitées par des voleurs intéressés par les matériaux les plus rentables: la salle de bain se vide de son lavabo, de ses robinets, de sa tuyauterie. Quant à la cuisine elle intéresse ceux qui cherchent le solde des aliments abandonnés ou les appareils frigorifiques. Tout y passe, même les jouets des enfants.

 La famille Chagrin s'est tuée au travail. Le père déblaie la neige, cire des chaussures¸ la mère fait du porte à porte avec des paquets de vitamines, les enfants suivent les cars de touristes avec l'espoir de glaner quelques sous pour se payer des frites. Pour maintenir la petite flamme de l'espoir, une femme obèse chante le soir, dans le salon des Chagrin. Sa voix émeut tous les auditeurs. Ils viennent envahir la maison, se serrent, s'entassent, écoutent cette voix qui porte sa lumière jusqu'à l'épuisement de la chanteuse.

 L'auteure de ce roman, Marie-Jeanne Urech, est allée loin dans les désastres entraînés par la folie de la croissance et de son financement incontrôlé. Je rappelle le titre: Les Valets de nuit, aux Editions de l'Aire, Vevey. C'est un livre qui impressionne et donne à réfléchir.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?