Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Décembre 2010 
Des apports consternants ou stimulants ?
Auteur : Emile Koog, journaliste


Dans le contexte géopolitique actuel, la progression du mouvement islamique dans un monde occidental orienté vers un conservatisme de plus en plus affirmé ne laisse pas d'inquiéter. Les Ultras américains regroupés autour d'une tasse de thé justifient même leur ostracisme en prétendant épargner leur pays d'une emprise musulmane déjà fort avancée en Europe. Pour les amateurs de science-fiction, cette invasion rampante va déboucher, avec d'autres moyens, sur un retour des Croisades sous l'emblème du Croissant. On voit déjà nos vieux clochers supplantés par les minarets fuselés et nos cloches appelant au recueillement remplacées par des haut-parleurs incitatifs à la prière. Enfin, les signes distinctifs de piété (ou de soumission), le zèle des fidèles suivant les prescriptions de cette religion et la foule rassemblée dans les mosquées font contraste avec le relâchement évident des pratiques chrétiennes et la maigre fréquentation de nos églises.

 Certes, nos convictions restent profondes et notre attachement aux valeurs morales apportées ou développées par le christianisme n'est pas remis en question. Celles qui prônent la tolérance, l'ouverture, voire l'accueil aux hommes de bonne volonté incitent à la réflexion, à l'étude objective avec recours à la comparaison des convictions d'autrui. On constate alors assez vite des analogies dans les directives des messages divins et les préceptes guidant les croyants sur leur chemin de vie et leur quête de pureté conduisant au Paradis. Malgré une écriture et des expressions différentes, cette démarche poursuit un même but en s'appuyant sur la bienveillance et la protection de l'Etre Suprême, désigné sous des noms changeants selon les Prophètes. Il y a bien sûr des divergences profondes entre les deux confessions, entre autres celles sur les interdits (alimentaires, vestimentaires, touchant la mixité et les non-croyants, représentation de formes humaines), les obligations (jeûne, pèlerinage, prières diurnes) et surtout cette notion des Infidèles attribuée aux non-musulmans qui classe ceux-ci dans les ennemis que les fanatiques rêvent d'éliminer au nom d'Allah: vaste programme!

 Heureusement, la grande majorité de la communauté islamique ne partage pas cet antagonisme et aspire à l'entente par la paix confessionnelle. L'importante fraction de notre population étrangère qui s'y rattache est disposée à un échange culturel dans le respect des convictions personnelles, mais aussi des règles et modes de vie du pays d'accueil. Dans ces conditions, l'apport de l'islam pourra s'épanouir par une meilleure connaissance de nos hôtes, de leur civilisation exprimée par leurs traditions et leur domaine artistique, ouvrant la voie à une fraternisation hautement souhaitable pour une assimilation durable.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?