Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Avril 2010 
Le droit à l’alimentation…
Auteur : Rémy Cosandey

(selon communiqué de presse)

Le droit à l'alimentation passe par des relations commerciales justes

Du 17 février au 4 avril, Pain Pour le Prochain et Action de Carême ont conduit une action qui est un volet d'une campagne pluriannuelle sur le droit à l'alimentation et la sécurité alimentaire.

Le droit à l'alimentation passe par des relations commerciales justes. La triple crise financière, alimentaire et climatique accroît la pauvreté et la faim dans le monde, surtout dans les pays du Sud. Les statistiques de la faim sont scandaleuses: le nombre de personnes qui ont faim dépasse le milliard.

La campagne a mis l'accent sur l'impact du commerce international sur cette crise. Elle a rappelé que les règles du commerce international sont injustes. Les subventions des pays du Nord à des produits agricoles destinés à l'exportation en sont un des exemples les plus frappants. De même, la baisse des droits de douane régulièrement imposée par les institutions internationale sur des produits alimentaires des pays du Sud détruisent le marché local. C'est ainsi que les producteurs de riz du Ghana ont vu la demande de riz indigène chuter de 75% depuis 2000. La baisse drastique des droits de douane imposée par le Fonds monétaire international au début des années nonante a provoqué une concurrence tout à fait déloyale. Le riz américain subventionné a mis à genoux de nombreux producteurs de riz qui n'ont plus trouvé d'acheteurs Ces pratiques mettent en péril le droit à l'alimentation des populations les plus pauvres du Sud en les plongeant et les maintenant dans la pauvreté, et particulièrement les populations rurales, celles précisément qui produisent de la nourriture.

La campagne avait deux objectifs principaux. Au niveau politique,  elle était un plaidoyer pour un commerce mondial durable qui respecte les droits et contribue à la lutte contre la pauvreté. Les règles du commerce international doivent être réformées. La campagne a repris les revendications de la pétition «Le commerce au service des personnes» dont le texte a été déposé par deux organisations en 2006 et le contenu accepté sous forme de postulat par le Conseil national en 2008.

En s'adressant aux consommateurs, la campagne voulait montrer que s'approvisionner de manière juste et équitable est possible. Nous avons un rôle de «consomm'acteur à jouer». Une démarche d'économie sociale et solidaire axée sur le développement régional socialement et écologiquement durable est une alternative qui fait système.

Les initiateurs de la campagne ont insisté sur le fait que la situation actuelle de la planète est scandaleuse en regard aussi bien de l'enseignement du Christ que du message biblique, de l'éthique chrétienne et des droits humains.

Message principal de la campagne: changeons de cap! Misons sur un commerce juste qui place l'être humain au centre. Il est possible de faire autrement.

Pour plus de précisions, on peut consulter le site internet www.droitalimentation.ch

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?