Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Août 2009 
Contre de nouveaux avions de combat
Auteur : (communiqé de presse)

L'initiative populaire « Contre de nouveaux avions de combat » a été déposée en juin dernier à Berne avec 107'828 signatures validées. L'initiative a donc abouti en moins d'une année. Avec cette initiative, la coalition contre de nouveaux avions de combat demande un moratoire pour l'achat de tout nouveau avion de combat jusqu'à la fin 2019.

Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) a déposé auprès de la Chancellerie fédérale les signatures à l'appui de l'initiative populaire fédérale «Contre de nouveaux avions de combat». Grâce à l'engagement de nombreux volontaires, il a été possible de conclure la phase de récolte des signatures en à peine 11 mois. Cela démontre que l'achat de nouveaux avions de combat pour plusieurs milliards de francs se heurte à une incompréhension et à une opposition largement répandues dans la population.

La nécessité de déposer cette initiative a été expliquée lors d'une récente conférence de presse.

Rahel Ruch (secrétaire du GSsA) a rappelé que « L'initiative a déjà obtenu des résultats. Le Conseil fédéral a décidé il y a peu de renvoyer de six mois la décision sur l'achat. Ce renvoi est sans doute dû à l'opposition très large que suscite le projet d'achat. »

Selon Tobia Schnebli (membre du comité du GSsA), «il est scandaleux de constater que les dépenses militaires mondiales s'élèvent à 1'400 milliards de dollars environ en 2008, alors que la communauté internationale se refuse à réunir seulement 5% de ce montant pour réduire de moitié la pauvreté dans le monde» et qu'en «Suisse aussi les vraies priorités pour la sécurité sont d'ordre social et environnemental.» Schnebli a également fait état d'un «nombre préoccupant d'obstacles et d'interventions policières qui ont empêché les récoltes de signatures sur la voie publique.»

Josef Lang (membre du comité du GSsA et conseiller national des Verts) a souligné que l'un des critères exigés pour les nouveaux avions est leur capacité de bombarder des objectifs au sol. « Le DDPS veut acheter des chasseurs-bombardiers. Selon la doctrine des forces aériennes, il y a deux scénarios qui nécessitent la capacité de bombarder pour les nouveaux avions: a) une attaque préventive sur des positions ennemies au delà de la frontière. Ce cas de figure est hautement improbable. b) la Suisse participe avec son aviation à des opérations de l'Otan où des avions attaquent des positions terrestres pour ouvrir la voie aux troupes de terre. Difficilement imaginable à l'heure actuelle pour des raisons politiques, un tel scénario pourrait pourtant se réaliser d'ici quelques années. Qui refuse la participation aux opérations de l'Otan (devenue une alliance offensive en 1999) doit refuser aussi les nouveaux avions de combat. »

Marina Carobbio (conseillère nationale et vice-présidente du PS) a rappelé les coûts énormes qu'entraînerait l'achat des nouveaux avions : « Dans les coûts des nouveaux avions il faut calculer aussi les coûts pour la modernisation et pour l'entretien. Cela signifie que ces avions coûteront finalement le double. Ces dépenses s'élèveront donc entre 4 et 6 milliards de francs, suivant le nombre d'avions. Face à la grave récession il faudrait investir davantage pour la création de places de travail durables et pour combattre le chômage des jeunes plutôt que de gaspiller l'argent des citoyens ! »

 

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?