Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Octobre 2008 
La guerre des pixels
Auteur : Emilie Salamin-Amar

Lettre ouverte aux faiseurs d’images

Vous qui êtes des créateurs d’images, de quel droit squattez-vous mon imaginaire? Qui vous autorise à entrer dans ma mémoire pour tenter d’y incruster des images qui n’évoquent en moi aucun souvenir? Sachez que mes associations d’idées ne sont en rien semblables aux vôtres. Toutes vos photos troublent mon immense production personnelle. Pensez-vous vraiment que je puisse être totalement dépourvue de faculté créatrice? Auriezvous l’impertinence de me confondre avec un magnétoscope ou tout autre support de stockage d’images dans lequel vous déversez sans compter toutes vos productions? Savez-vous que vos méthodes ressemblent à s’y méprendre à du lavage de cerveaux? Pensez- vous qu’il soit vraiment indispensable de m’envoyer à l’écran une image d’un train ou d’une vache, lorsque ces mots-là sont prononcés par un présentateur ou une journaliste de la télévision? Pensez-vous sincèrement que cela soit nécessaire, voire indispensable? Je tiens à vous préciser que je connais encore la signification des mots simples, mais qu’avec vos méthodes, à la longue, je risque bien de perdre mon vocabulaire élémentaire.

Après la bouffe unique, la pensée unique, ne seriez-vous pas en train de répandre la vision unique, l’imaginaire unique, pour ne pas dire la référence visuelle unique? Personnellement, j’appelle cela faire main basse sur les cerveaux! Il s’agit là d’une tentative d’incursion totalement illicite, un authentique piratage, une insulte à mon intellect!

Il est vrai qu’avec l’avènement de l’informatique et de ses logiciels de retouches d’images, les photos sont belles, nettes, claires et surtout manipulables à souhaits. Les peaux des mannequins en vogue sont lissées, pas une ride, pas un pli, pas le moindre bouton de fièvre ou autres imperfections de l’épiderme. Mais vous savez très bien que ces images sont, en quelque sorte, des photos de synthèses puisqu’elles sont fabriquées par vos soins. Qui pensezvous duper? Me prenez-vous réellement pour une pauvre cloche, aveugle et stupide, n’ayant plus aucun sens critique et peu de discernement?

Quand allez-vous cesser de me harceler, de m’agresser visuellement? Quand allez-vous me laisser rêver tranquillement? Quand allez-vous stopper vos interférences intempestives qui me font éteindre l’écran de ma télé et snober les magazines? Quand allezvous me lâcher enfin, afin que je puisse continuer à rêver à ma guise, à imaginer en toute liberté? Quand cesserez- vous cette dictature de l’image? Quand?

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?