Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Août 2008 
Le règne de la frivolité, André Delessert
Auteur : Suzanne Gerber

Le règne de la frivolité
André Delessert
Édition l’Aire, 2007

Voici un ouvrage de réflexions sur les diverses facettes du monde dans lequel nous sommes immergés. L’auteur nous incite à en comprendre les mécanismes afin de ne pas nous trouver pris dans ses filets: dogme du progrès, article de foi en direction d’un bien inconnaissable, personne ne pouvant vraiment le définir.

Mais il faut y croire même quand les évènements semblent indiquer un retour à la barbarie. Culte du superficiel, de l’éphémère, du mensonge et de la nouveauté, alors que rien ne se démode comme la mode, sans parler de l’art. Même la morale est démodée, cette morale primitive qui repose sur la charité, la sagesse, la dignité humaine, la non-violence. C’est l’éthique qui la remplace, moins contraignante. Bien sûr, la beauté demeure, dans la nature, dans l’art authentique. En fait, elle n’est pas dans les choses, elle a sa source en nous, tel un attachement intérieur qui a les traits les plus purs de l’amour, même si les goûts varient au cours d’une vie. Mais comment aujourd’hui choisir, dans le foisonnement d’images et de sons qui nous submergent, sans devenir des spectateurs passifs devant ce défilé désordonné?

De plus en plus, l’esprit de parti devient une maladie endémique faite de clichés simplistes ne s’adressant pas à l’intelligence, mais «à l’idiot que chacun dissimule dans l’ombre de sa personnalité». De même la hantise de l’aller toujours plus vite, en oubliant d’obéir à notre sensibilité et à notre rythme intérieur, car les sentiments destinés à durer exigent une patience de l’âme.

Enfin, ne pas s’interroger sur l’augmentation continuelle de la population mondiale, et affirmer que la terre pourrait en nourrir deux fois plus, c’est comparer l’humanité à un élevage de poulets…! Dans nos vies décousues, qui tressera et tendra sur le métier de nouveaux fils de solidarité afin que chacun puisse y tisser sa trame?

Quelques traits tirés des 21 chapitres d’un livre-essai riche de nombreuses interrogations.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?