Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Juin 2007 
Gérard Forster, syndicaliste de choc et homme de cœur
Auteur : Rémy Cosandey

Terrassé par une crise cardiaque, Gérard Forster s’en est allé il y a quelques jours à l’âge de 66 ans. Plusieurs centaines de personnes ont assisté à la cérémonie funèbre à Lausanne, voulant ainsi rendre un dernier hommage à celui qui s’est tant battu pour les autres et pour la dignité humaine.

Né au Locle, dans une famille ouvrière comptant 5 enfants, Gérard Forster a effectué un apprentissage de typographe dans une imprimerie de la ville. Révolté par les injustices sociales, il s’est engagé très tôt dans le mouvement syndical, auquel il a voué toutes ses forces. Après son départ de la région, il a œuvré de 1973 à 2001 en tant que secrétaire de la section lausannoise du Syndicat Industrie et Bâtiment. Gérard Forster était un homme de terrain. Dans le livre qu’il a publié en 2002, «Le double combat – Vie privée d’un agitateur», il rappelle ses actions souvent spectaculaires pour lutter contre les fraudes, le travail au noir, le mépris des conventions collectives et la sous-enchère salariale. Il fustigeait les patrons retors mais faisait preuve d’une grande tendresse à l’égard de sa famille (notamment son épouse et ses 4 enfants) et de tous les travailleurs qu’il rencontrait sur les chantiers.

À l’heure de sa retraite, Gérard Forster a poursuivi son combat du côté d’Almeria (Andalousie), là où des dizaines de milliers d’immigrés sont soumis à des conditions de travail insoutenables. Il avait à cœur de réunir des fonds pour construire un centre d’accueil pour ces nouveaux esclaves du monde moderne. Sous le titre «Les tomates de la colère», il avait publié un article à ce sujet dans le numéro 1 de l’Essor de cette année. Il affirmait vouloir déclencher un processus de prise de conscience que l’homme, quels que soient sa couleur, son pays, sa culture, doit être respecté et non méprisé au nom du profit. Il a su communiquer le souffle d’enthousiasme qui permettra à d’autres de reprendre le flambeau.

À titre d’hommage à cet homme courageux et épris de justice, nous publions un extrait de son livre. Voir → article suivant

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?