Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Juin 2006
Le Dialogue, François Cheng
Lu par : Susanne Gerber
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

Le Dialogue
De François Cheng
Éditions Desclée de Brouwer
mai 2004

Un Chinois arrivé à l’âge de 19 ans à Paris et, comme on le dit au Québec, tombé en amour de la langue française, qui, 50 ans plus tard, est reçu membre de l’Académie française, ce n’est pas banal! Goûter avec lui la saveur de cette langue qu’il découvre, des sons qui le font rêver, des poètes dont il se sent proche, c’est un régal. Comme les peintres de son pays, ses courts poèmes, inspirés de la musique des mots, parleront de la nature: arbre – rocher – source – nuages.

En quelques lignes, il trace pour nous le chemin des anciennes traditions chinoises: les rivalités des Cent Ecoles au 5e siècle avant J.-C., puis la naissance du taoïsme au Sud et du confucianisme au Nord, ce dernier devenu doctrine de l’Etat, et du même coup sclérosé et rétréci. Incursions et occupations étrangères n’enrichirent pas les deux cultures fondamentales, seuls des moines chinois revenu des Indes au 4e siècle de notre ère renouvelèrent la pensée chinoise grâce à l’influence de ces sages devenus bouddhistes. Quant au dialogue avec l’Occident, c’est après les événements violents qui marquèrent le premier quart du 20e siècle que, dans les années 20, les étudiants chinois purent enfin découvrir des traductions de la littérature occidentale.

Ainsi, pour lui, les sociétés doivent s’ouvrir à d’autres cultures si elles veulent demeurer vivantes. «Sous peine de mourir, toute grande culture cherche d’instinct à se régénérer, à se métamorphoser. Personne ne risque de perdre son âme… L’âme, ce principe d’anima, est par définition sa capacité à lier et à se relier. D’expérience je sais: on ne peut connaître sa propre meilleure part que grâce à la connaissance de la meilleure part de l’autre…».

Ce fut pour lui un défi insensé de s’investir totalement dans notre langue, mais il le gagna de haute lutte. Et de citer Paul Valéry: «Saint langage, honneur des hommes ». Un magnifique témoignage sur la langue, cette spécificité humaine qui, tel l’outil des maîtres du feu, nous forge et nous construit.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?