Logo Journal L'Essor
2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006
et 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Octobre 2018    [73]
Le Sphinx du laurier rose
Lu par : Rémy Cosandey

Le Sphinx du laurier rose
Edith Habersaat
Éditions Slatkine
2018

Sophia Cambertat est une femme qui doit se battre contre ses démons. Elle est issue d’un milieu modeste et a épousé un homme d’un niveau social plus élevé. Entre ses parents, ceux de son mari et ses enfants, elle est constamment tiraillée de tous les côtés et se demande parfois si elle sombre dans la folie. Et, en plus, elle cache à ses proches l’existence d’un frère né du viol de sa mère.

Les 150 pages du roman d’Edith Habersaat doivent se lire d’une traite car l’histoire demande beaucoup d’attention pour la sentir. Elle fait yoyo entre le présent et le passé, celui-ci permettant de comprendre les tourments de Sophia. Entre le chantage dont elle est victime, l’indifférence de son mari, l’homosexualité d’un de ses fils et les frasques de l’autre, elle ne sait plus ou donner de la tête. Tout finira par s’expliquer mais ce sera au prix de multiples déceptions.

Edith Habersaat a créé des personnages tourmentés mais a su les mettre en symbiose avec les problèmes de notre époque. Ses reports aux notes montre d’ailleurs qu’elle suit de près l’actualité. Son écriture est précise mais elle laisse le lecteur se faire sa propre opinion en utilisant souvent les points de suspension, les points d’interrogation et les points d’exclamation.

Rémy Cosandey

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2019   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?