Logo Journal L'Essor
2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006
et 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Octobre 2018    [71]
Les passeurs de livres de Daraya
Lu par : Pierrette Iselin

Les passeurs de livres de Daraya
La résistance par les livres
Delphine Minoui
Editions du Seuil
2016

Il s’agit de l’histoire d’une bibliothèque secrète en Syrie sous Bachar el Assad. Tout commence par une photo sur laquelle l’auteure est tombée par hasard sur facebook. On voit des jeunes Syriens entre 21 et 30 ans, une quarantaine à peu près, qui sont dans un petit local souterrain et qui lisent des livres. Ces livres ont été exhumés des décombres de la ville, trouvés dans des caves de Daraya, dans la banlieue de Damas, sous des maisons de particuliers. Ces jeunes, au péril de leur vie, ont réussi à les extraire des ruines, les ont rassemblés et ont reconstitué une véritable bibliothèque clandestine. De 2012 à 2016, ils ont collectionné plus de 15.000 ouvrages, parfois mal en point, les ont remis en état, les ont catalogués et fichés et les ont rendus accessibles à la population de Daraya.

Pour eux, les livres deviennent une richesse insoupçonnée, une arme d’instruction massive alors qu’ils sont entourés par les bombes et les mortiers de destruction au-dessus d’eux. Cette bibliothèque se transforme en une université permanente. Les ouvrages sont divers, il y a des livres philosophiques, des livres d’histoire, des livres de développement personnel à l’américaine, c’est une fenêtre d’ouverture sur le monde. Les livres les ont aidés à sortir de leur isolement. Fin 2016, après quatre ans de siège, ces vaillants bibliothécaires ont été délogés et forcés de partir des sous-sols de Daraya. L’armée a saccagé la bibliothèque. Et l’a anéantie. Les jeunes ont dû se replier à la frontière turque, au nord de la Syrie. Pour échapper à la répression, ils ont inauguré une petite bibliothèque ambulante qui passe de village en village, pour continuer à se battre. Les acteurs de ce drame ont fait la preuve vivante: on peut détruire une ville mais on ne peut pas détruire les idées.

«Ce genre de livre, c’est l’honneur du journalisme», s’exclame François Busnel, animateur de La Grande librairie, émission télévisée qui a succédé à Apostrophes sur France 5.

Pierrette Iselin

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2019   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?