Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Octobre 2016 
Impolitiquement correct
Auteur : Edith Samba

Impolitiquement correct
Martina Chyba
Éditions Favre
2016

Chroniqueuse depuis 2010 dans Migros Magazine, journaliste à la TV suisse romande, Martina Chyba nous livre certains de ses billets d’humeur déjà publiés sur de multiples sujets d’actualité, ainsi que bon nombre d’inédits. Que ce soient sur les rapports humains, l’argent, le travail, le langage, les modes de vie, les modes tout court, les poubelles, bref toutes sortes de domaines sont abordés avec humour, légèreté, mais aussi des coups de griffe, des cours de gueule et autres prises de position. Sous forme de chroniques de trois pages, elles sont conçues comme «le carré de chocolat avec le café, ce n’est pas indispensable mais c’est tellement meilleur avec». Prenant plaisir à relever les nombreuses incohérences de notre système et de nos attitudes, Martina Chyba considère qu’aujourd’hui, le seul moyen de survivre est de pratiquer l’humour. Aussi aime-t-elle lever le voile sur ses réactions au quotidien, qui sont souvent les nôtres, face aux anniversaires des enfants, des adultes, aux bouchons dans les trains, sur les routes et dans les supermarchés.

Par exemple, le sujet complexe par définition qu’est le mot(maux) de passe, qui doit à la fois être multiple et varié pour chacun des objets qui en ont besoin, écrit dans un coin caché mais changé régulièrement et jamais sous la main quand c’est nécessaire. Un oubli au moment de payer dans une interminable file à la caisse d’un supermarché a de quoi alimenter les pires cauchemars. Le burn out, le festival de Cannes, le porno, la vente de médicaments en pharmacie, le coaching, les tablettes nous offrent aussi un petit flash d’un quotidien on ne peut plus ordinaire, si joyeux ainsi décortiqué.

Et pourquoi ne pas s’amuser des différentes classes d’âges, leurs spécificités, leurs liens parfois compliqués, les tentatives d’arrangement qui ne font que conforter le statu quo. Il y a de quoi en dire beaucoup, depuis divers points de vue, des différents genres et comparativement aux époques précédentes: il y a matière.

Dans un langage fleuri, utilisant volontiers les expressions du jargon courant, cette lecture nous offre l’occasion de se faire une pinte de bon sang, exercice bien utile avec l’automne et le froid qui s’annoncent...

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?