Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Décembre 2014 
Salento – Destination cancer
Auteur : Rémy Cosandey

Salento – Destination cancer
Giovanni Sammali
Éditions G d’Encre, Le Locle
2014

Première phrase de la préface de l’auteur: «Ce livre, que j’aurais voulu ne pas écrire». Dédicace au soussigné: «Merci de partager ce cri. Pour le Salento. Et pour toutes les terres empoisonnées».

Ces deux affirmations résument bien le livre de Giovanni Sammali. Celui-ci, journaliste et depuis peu responsable de l’information de la Ville de La Chaux-de-Fonds, est originaire du Salento, région qui constitue l'extrémité sud-est de la région des Pouilles en Italie. Décrit comme étant le «talon de la botte italienne», le Salento englobe la totalité de la province de Lecce, une grande partie de la province de Brindisi et une partie de la province de Tarente.

Le Salento, c’est une image de carte postale, un écrin entre la mer ionienne et l’Adriatique, un territoire à la gastronomie authentique, parmi les plus saines de la planète. Mais il y a aussi, hélas, l’enfer du décor: dans ce petit coin de paradis, l’air est le plus chargé d’Europe en substances nocives d’origine industrielle.

Avec la complicité de la mafia, des industriels commettent des actes criminels. A cause d’eux, la région est gangrénée par le cancer. Les terres, les eaux et les airs de la mer ionienne sont empoisonnés, infestés de métaux lourds, de radioactivité, d’amiante et de dioxine. Il y a dans le Salento, comme un peu partout dans le monde hélas, des scélérats qui font passer leurs intérêts financiers avant la santé des gens.

Sous la forme d’un roman, Giovanni Sammali a su en 170 pages dresser un véritable réquisitoire contre ceux qui, un jour ou l’autre, devront rendre des comptes à la justice et à l’humanité pour avoir provoqué intentionnellement la mort de milliers de personnes. Il faut que les populations concernées se réveillent. Mais il faut surtout que les Etats légifèrent et agissent pour punir les criminels de l’environnement.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?