Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Décembre 2014 °
Liberté d’expression chez les catholiques genevois?
Auteur : Rémy Cosandey

Depuis plusieurs années, l’essor reçoit régulièrement un petit bulletin jaune émanant de la Cotmec (Commission Tiers-Monde de l’Eglise catholique). Nous avons sous les yeux le numéro 353 (novembre 2014) de ce fascicule… le dernier!

Dans son édito, la Cotmec dit notamment: «Vous tenez entre vos mains l’ultime édition de Cotmec info. Le numéro 353 ne sera suivi d’aucun autre. C’est l’automne. Tombe la feuille jaune, tombe… Ce bulletin tirait sa substance de la vie de la commission: des visites que nous recevions ou que nous rendions, des manifestations que nous organisions ou auxquelles nous prenions part, des animations dans les écoles et auprès des confirmands, des campagnes que nous menions, le plus souvent avec d’autres, de nos relations avec les partenaires de notre réseau… […] Il nous reste à vous dire merci, chers lecteurs de Cotmec info. Merci de nous avoir lus, d’avoir témoigné de l’intérêt pour ce que nous écrivions. Merci pour les nombreux et chaleureux messages de soutien que nous avons reçus ces derniers mois».

Sous le titre «Un formidable gâchis», Roland Pasquier ne mâche pas ses morts: «Tristesse, amertume, révolte. Tels sont les principaux substantifs exprimés par les membres de la Cotmec face à la décision unilatérale de l’Eglise de Genève de mettre fin aux activités de la commission. Pendant 45 ans, nous avons été partie prenante d’une Eglise en marche, qui poussait son élan prophétique jusqu’à mandater une commission pour l’aiguillonner sur les questions Nord-Sud et, plus largement, de justice sociale. Une Eglise qui acceptait, et même suscitait, l’interpellation voire la contradiction. Un excellent signe de santé qui, désormais, lui fait défaut. La Cotmec, privée de subvention, de permanent, de locaux et, surtout, de mandat de son Eglise, se voit contrainte d’arrêter ses activités».

Claude Fol tire un bilan en forme de questions et d’espérance: «Ce qui semble avoir encore aujourd’hui une longue promesse de vie, ce sont les inégalités de notre monde, ouvert à la mondialisation pour augmenter la capacité des marchés. Les luttes pour la justice, la paix, la sauvegarde de la création semble n’être qu’une goutte d’eau face à la désorientation de notre monde en quête de profit. La petite voix de notre modeste commission n’a donc perdu ni nécessité ni actualité, car l’interrogation demeure: comment avancer vers plus de justice, en tenant compte des plus défavorisés? Comment progresser vers le bien commun? Je souhaite que le rebondissement de la commission porte ses fruits afin qu’elle puisse relever le défi d’aider les hommes et les chrétiens à réfléchir et à s’engager dans la construction d’un monde plus humain».

La conclusion appartient à Dominique Froidevaux: «Alors que le pape François nous invite à ouvrir les portes, à Genève on les referme. On a cassé quelque chose et surtout donné un formidable contre-témoignage. Qu’est-ce qu’une communauté qui n’est pas capable de dialogue et de réconciliation, alors que c’est au cœur de son message?»

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2015   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?