Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Août 2014
Les religions, prétexte à toutes les violences
Auteur : Rémy Cosandey
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

Les trois grandes religions monothéistes – le judaïsme, le christianisme et l’islam – centrent leur message sur la paix et l’harmonie entre les êtres humains. Et pourtant, c’est en se référant à la torah, à la bible ou au coran, qu’on se fait la guerre, qu’on massacre ou mutile des innocents et qu’on persécute les minorités.

À l’heure où ces lignes sont écrites (30 juillet), l’État d’Israël tue des enfants à Gaza, les islamistes chassent les chrétiens d’Orient et les révolutions arabes, qui voulaient instaurer la démocratie, ont été récupérées par des extrémistes aussi sanguinaires que Saddam Hussein ou Mouammar Kadhafi.

Ici on dénonce l’esprit guerrier d’Israël, là on stigmatise les intégristes qui veulent réintroduire la charia, là encore on condamne le gouvernement ukrainien ou les rebelles prosoviétiques. Mais l’indignation est presque toujours sélective et on entend peu de personnes ou de communautés fustiger dans un même élan tous ceux qui ont choisi la violence plutôt que le dialogue.

Qu’il soit musulman, chrétien ou juif, l’intégrisme doit être combattu. Mais les affaires et l’argent qu’elles permettent de gagner passent malheureusement avant la morale et l’éthique. Il ne sert à rien de «regretter», il faut agir. La première chose à faire, c’est de ne plus fournir des armes aux pays belligérants et de cesser toute relation commerciale avec eux. Au milieu de tant d’indifférence et d’hypocrisie, seul le pape François a un langage clair (et c’est un protestant convaincu qui le dit). Mais, comme le disait ironiquement Staline, «le Vatican, c’est combien de divisions?»

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?