Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Juin 2014 
Les Français ne sont pas Suisses
Auteur : Rémy Cosandey

Les Français ne sont pas Suisses
Georges Pop
Editions Cabédita
2014

Quand on tourne la dernière page du livre, on fait trois constatations:
1) Georges Pop utilise un vocabulaire riche et élégant mais qui exige parfois d’avoir recours à un dictionnaire;
2) il manie l’humour avec virtuosité mais on ne sait pas toujours s’il faut le prendre au premier ou au second degré;
3) il connaît parfaitement la culture, la mentalité et l’histoire de la Suisse et de la France.

L’ouvrage de Georges Pop se lit comme un roman. L’auteur explique, compare, assène des vérités mais s’abstient de prononcer des jugements péremptoires. Avec une lucidité remarquable, il souligne pourquoi les Suisses et les Français sont si différents tout en partageant souvent les mêmes goûts et les mêmes aspirations. Au passage, il fait un sort à certains mythes fondateurs de la Suisse et n’hésite pas à parler avec dérision de certaines batailles gagnées (Morgarten) ou perdues (Marignan).

Avec Georges Pop, on jongle constamment avec la petite et la grande histoire, on découvre avec délectation ses phrases assassines ou attendrissantes, on suit avec passion ses commentaires caustiques sur des événements qui sont relatés platement dans les manuels scolaires. On apprend aussi avec plaisir la résistance héroïque de certaines communes (Champagne, Le Locle) à qui le Gouvernement français ou l’hebdomadaire Bilanz cherchent des noises.

L’auteur, qui est journaliste à la Radio suisse romande, porte un regard original sur les relations entre la Suisse et la France. Son livre est un témoignage qui éclaire les rapports, les amours et les incompréhensions entre les deux pays et qui constitue un exercice salutaire d’introspection. Et nous partageons pleinement sa conclusion: «Je suis intimement convaincu que c’est l’Europe de Bruxelles elle-même qui n’est pas prête pour la Suisse et son Peuple souverain. La Confédération offre, au centre du continent, un modèle sinon parfait au moins très abouti de ce que pourrait ou devrait être l’Europe fédérale de demain».

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?