Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Février 2014 
Un chrétien subversif — Cornelius Koch, l’abbé des réfugiés
Auteur : Rémy Cosandey

Un chrétien subversif
Cornelius Koch, l’abbé des réfugiés
Claude Braun et Michael Rössler
Éditions d’en-bas, 2013

«Il revendiquait l’espoir pour ceux qui n’en ont pas, un espoir toujours concret: l’asile, des places de travail, et surtout la solidarité. Il se battait pour la plus petite somme, mais il allait de l’avant, que les autres le suivent ou non. Il a donné une âme à la résistance contre l’injustice; son engagement était politique. Cornelius Koch fut un contemporain exigeant et tenace. Ce qu’il dénonçait n’a pas disparu avec sa mort. L’impulsion qu’il a donnée doit donc être entretenue et poursuivie.»

Ces quelques phrases de l’écrivain Adolf Muschg résument bien la vie et la lutte permanente de Cornelius Koch. Né en 1940 en Roumanie (d’un père suisse et d’une mère roumaine), il est venu en Suisse en 1948. Il a profondément été marqué par le suicide de sa mère à l‘âge de 39 ans et a décidé de devenir prêtre.

Le livre, qui vient d’être traduit en français, raconte le long combat que Cornelius Koch pour aider les plus faibles, pour leur rendre la dignité qu’on a voulu leur enlever. En 380 pages, les auteurs mettent l’accent sur l’idéal de ce prêtre, sur sa capacité à s’indigner et sur les innombrables actions qu’il a menées.

Dans leur introduction, Claude Braun et Michael Rössler soulignent le sens du livre qu’ils ont écrit à deux: «Ce livre décrit l’engagement d’un citoyen du monde pour qui les frontières n’étaient là que pour être franchies.»

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2015   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?