Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Juin 2013    [5]
Big brother n'est pas mort !
Auteur : Mousse Boulanger
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

Le président de la Confédération l'affirme: une dizaine de citoyens suisses, chaque année, sont soumis aux grandes oreilles du service de renseignements helvétique. Mais, il y a tous ceux qui échappent à l'œil de Berne (il y a quelques années on aurait dit «à l'œil de Moscou!») Il est donc urgent de mettre en place une nouvelle loi qui ouvre un peu plus grandes les portes aux guetteurs de menaces graves. Ainsi les espions suisses pourront pénétrer dans n'importe quel lieu privé afin de le placer sous surveillance, pour y mener une perquisition secrète. Ils auront le droit de pratiquer des écoutes téléphoniques, de pirater des ordinateurs, d'installer des micros, des caméras, etc. car, vous ne le savez pas, mais la Suisse est «devenue la base arrière de toute une série d'activités louches» (Le Matin, 10.3.2013).

Délations, confessions impudiques, rumeurs en tous genres:
on se demande pourquoi l'État entretient encore plusieurs
polices et des renseignements généraux.
Les braves gens suffisent à la tâche...
Citation de Philippe Bouvard

Bien sûr on y trouve des trafiquants d'armes, de drogues, de produits financiers, des demandeurs d'asile, des réfugiés, des militants des deux extrêmes: droite et gauche, et même du centre!, des socialistes, des écologistes, des non-politiquement corrects, et surtout oh horreur, des jeunes qui voudraient faire un monde meilleur.

L'Etat fouineur n'en est pas à sa première violation des libertés individuelles. Souvenez-vous du scandale des fiches. Le 27 nov.1990, j'écrivais une lettre ouverte au Conseil fédéral. Je venais de recevoir mes fiches et je découvrais l'immense danger que je représentais pour ma patrie :

  • 16.10.64, de Sûreté VD: Rapport sur l'organisation de la journée de la paix.
  • 18.10.64, à l'Expo, les Boulanger ont dit des poèmes.
  • 17.11.64, de Poldépt GE: Mousse et Pierre Boulanger à Soirée Ukrainienne tenue le 11.11.64 ont dit des poèmes.
  • 23.11.64, de Sûreté VD: A la même fête le 12.11.64 organisée à Lausanne, le couple a également dit des poèmes.
  • 2.12.64, de Pol.Kdo.SO:
    Une invitation à la fête du Pdt le 5.12.64, Pierre et Mousse Boulanger ont récité des poèmes lors de cette fête.

Et voici l'immense danger que le couple représentait pour notre beau pays:

  • 21.1.65:    de [...] par lettre à [...] orienté [...] que le couple n'a pas encore de programme pour l'été prochain.
    (Les signes
    [...] indiquent que les noms qui figuraient dans les documents d'origine ont été caviardés (rayés) , mais l'exemple laisse bien supposer qu'une lettre a été ouverte).

Ne croyez pas que ces dangereux terroristes que nous étions ont été lâchés.

  • 2.6.67, de Sûreté VD:    ... ont a pris part à la journée de l'association des Jurassiens de l'extérieur, le 28.5.67

Si je me souviens bien, M. Gonzague de Reynold – ce dangereux gauchiste! – était aussi présent.

Enfin une petite dernière:

C'est très important le rire,
il brise le mur de la peur,
de l'intolérance et du fanatisme.
Tahar Ben Jelloun, La Nuit sacrée
  • 30.9.70 dans Feuille d'Avis de Lausanne, n° 227:
    «Pierre et Mousse Boulanger: dix ans de scène».

Je me demande combien de millions de francs ce genre de délation a coûté à la Suisse et surtout quelle en était la nécessité. Relisant ma lettre ouverte je constate que je terminais ainsi:

Messieurs les conseillers fédéraux, puis-je vous demander si le colonel Bachmann menaçait la démocratie helvétique ? Et les mercenaires du «Glaive» et ceux de l'Armée secrète ? Peut-être que vous pourriez nous éclairer, vous et vos disciples sur le genre de pays que vous bâtissez dans l'ombre depuis des décennies. Etes-vous certains que vous honorez les idéaux des trois révolutionnaires du Grütli ?

Aujourd'hui je voudrais bien être certaine que la paranoïa de la guerre froide s'est éteinte, mais je n'en suis pas sûre. Décidément les poètes sont des êtres dangereux !

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?