Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Avril 2013
Notre Dame des Landes, Désinformation médiatique et stigmatisation des opposants
Auteur : Pierrette Iselin
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

À méditer

Le 16 octobre dernier, l’évacuation militaire et policière par des centaines de CRS et de gardes mobiles des occupants de la Zad (zone d'aménagement différé réservée au futur aéroport, que les opposants ont rebaptisée Zone à défendre) de Notre Dame des Landes est d’une ampleur sans précédent: l’Etat français n’a pas hésité à employer les grands moyens en déployant plus de 1000 CRS et gendarmes sur la zone. L’objectif était de frapper fort autant physiquement que psychologiquement. Les forces de l’ordre ont envoyé, au mépris du moindre protocole légal, des grenades assourdissantes et des flashballs. Un mois plus tard, le 24 novembre, la violence a été telle qu’on a pu compter une centaine de blessés dont une trentaine gravement. Cette répression n’a pas obtenu l’effet escompté par le gouvernement. Elle a au contraire amplifié le mouvement et renforcé les liens entre opposants.

À partir de décembre, le gouvernement Hollande a changé de tactique et il applique une répression plus discrète et plus insidieuse en utilisant une stratégie d’usure: contrôles de police incessants, fouilles, saccages des cabanes des manifestants, arrestations, perquisitions, mises en examen sous les prétextes les plus futiles, interdictions de séjour.

Face à cette désinformation, il est de notre devoir de mettre au grand jour ce qui se passe, étendre les solidarités et informer des échéances du mouvement. Pour l’Etat bourgeois, il s’agit de réprimer toute lutte et de développer les moyens de répression les plus divers, comme lieu d’expérimentation. Pour le mouvement social, la résistance constitue un exemple déterminant qui permettra de faire connaître les délits de dissimulation que veut développer l’ordre établi.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?