Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Avril 2013 
Cette fois, en finir avec la démocratie, de Susan George
Auteur : Théo Buss

Cette fois, en finir avec la démocratie
Susan George, Le rapport Lugano II
Seuil, Paris, 2012.

«Ils veulent en finir avec la démocratie, ou… Ils mettent un terme à la souveraineté nationale»

Avec une ironie cinglante et grinçante, Susan George met en présence les mandants et les experts du néolibéralisme, qui non seulement ne font rien pour sauver la planète, mais encore font tout pour saper la souveraineté nationale. Ceux qui tirent les ficelles du MEN ont réussi à faire triompher la finance, le CO2 et la pollution. Il y a dix ans, selon l'auteure, il aurait été possible de contrer le changement climatique, mais rien n'a été fait, au contraire 1. Le réchauffement climatique pourrait atteindre 4°C – 5°C, ce qui éliminerait 90% de l'humanité…

Les tenants du MEN (Modèle élitiste/économique néolibéral), fondé par Friedrich von Hayek et consorts 2, ont tout fait pour exproprier la démocratie. Ils appliquent la stratégie SSS (secrète, sournoise et soudaine) 3, par exemple lors de la crise des subprimes, ils ont pillé l'état pour «sauver» les banques 4. Ils passent par-dessus le vote des peuples: la France, les Pays-Bas et l'Irlande avaient voté contre le Traité de Lisbonne, dans un premier temps. Sous leur impulsion, Bruxelles a réussi à mettre la main sur le budget des états membres avec cette double règle: maximum 3% (du PIB) de déficit budgétaire et maximum 60% (du PIB) de dette souveraine.

Dans son langage satirique, Susan George appelle les dirigeants du New Labour de Blair des gangsters, et cite l'un d'eux: «Nous sommes tous des thatchériens». Elle met en garde contre le Tea party des Etats-Unis, qui ne viserait rien de moins qu'à supprimer l'Etat. Elle persiffle également le Good Club de Bill Gates 5, qui sous couvert d'une «révolution verte en Afrique» prétend imposer au continent berceau de l'humanité la famine et l'exclusion sociale à grande échelle (avec la complicité de Monsanto)… et produire de l'éthanol 6.

L'ironie au second degré de la «grande dame de l'altermondialisme» 7 fera-t-elle elle avancer la lutte contre les ploutocrates ?


Notes :
  1. Aucun effort sérieux pour sortir des énergies fossiles, affirme-t-elle, après avoir analysé les 500 plus grandes entreprises mondiales.
  2. Réunis dans la Société du Mont-Pèlerin, du nom de leur premier lieu de réunion secrète: Milton Friedman et ses Chicago boys qui inspiraient Pinochet, Ronald Reagan, Margaret Thatcher, pour ne citer que ceux-là.
  3. cf. Naomi Klein: La stratégie du choc – La montée d'un capitalisme du désastre, Actes Sud, 2008.
  4. Ce que Michael Moore a décrit comme la plus grande escroquerie de l'histoire, dans son film Capitalism: A Love story.
  5. Lequel a réuni les multimilliardaires David Rockefeller, Warren Buffet, George Soros, Michael Boomberg, Ted Turner avec Oprah Winfrey, au domicile de Paul Nurse, prix Nobel de biologie.
  6. A partir de canne à sucre, de maïs et d'huile de palme.
  7. Auteure du premier «Rapport de Lugano», Fayard, 2000.
Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?