Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Février 2013 
Lettre de Martin Luther King
Auteur : l'essor
Il y a 50 ans,
dans l'essor…
(18 octobre 1963)
L'essor du 18 octobre 1963 publiait des passages d'une longue lettre de Martin Luther King emprisonné aux Etats-Unis. En voici des extraits qui éclairent sur les dangers de l'indifférence de Suisses respectables face aux discriminations que subissent actuellement les minorités immigrées, réfugiées et «illégales» avec lesquelles ils cohabitent.

Nous savons par une longue et douloureuse expérience que la liberté n'est jamais concédée par l'oppresseur: elle doit être exigée par l'opprimé. […] Nous ne pouvons jamais oublier que tout ce qu'Hitler a perpétré en Allemagne a été «légal» et que tout ce que les combattants hongrois de la liberté ont accompli en Hongrie a été «illégal». Il était «illégal» de secourir et d'aider un Juif dans l'Allemagne de Hitler. Mais je suis certain que si durant cette époque j'avais vécu en Allemagne, il n'y a pas de loi qui m'aurait empêché d'aider et de secourir mes frères juifs.

[…] Je dois vous confesser qu'au cours des récentes années, l'attitude des Blancs modérés m'a causé une grave déception. J'en suis presque arrivé à la conclusion regrettable que le grand obstacle auquel le Noir se heurte dans sa marche vers l'émancipation est dû bien moins aux militants des Conseils de citoyens blancs* ou aux membres du Ku Klux Klan qu'à ce Blanc modéré qui fait passer l'«ordre» avant la justice; qui préfère cette paix négative que constitue l'absence de tension à cette paix positive que seule peut assurer la présence de la justice; qui à tout propos répète: «J'approuve les objectifs que vous vous assignez, mais je ne puis approuver vos méthodes d'action directe»; qui mû par un sentiment paternaliste, estime être lui-même en mesure de déterminer l'heure à laquelle doit s'effectuer la libération d'autrui; qui imbu du mythe de l'action apaisante du temps, ne cesse d'exhorter le Noir à attendre un «moment plus opportun». La compréhension vide de sens dont témoignent des hommes de bonne volonté est plus décourageante que la totale incompétence dont témoignent les hommes de mauvaise volonté. Un acquiescement tiède tend davantage à désorienter qu'un refus manifeste.

J'avais espéré que les Blancs modérés finiraient par comprendre que la loi et l'ordre n'existent que pour l'instauration de la justice, et que sinon ils ne font que dresser des barrages dangereux et précaires qui entravent le progrès social. […] Tel un abcès qui ne peut être convenablement traité tant qu'il n'a pas percé, mais qui doit être ouvert et exposé dans toute sa hideur purulente aux remèdes naturels de l'air et de la clarté, l'injustice doit être dévoilée et se trouver exposée, avec toute la tension que suscite sa mise à découvert, à la lumière de la conscience humaine et à l'air de l'opinion publique avant de pouvoir guérir».


* White Citizens Councils, association rassemblant les bourgeois respectables qui répugnent à se promener la tête cagoulée et à se salir les mains. On les surnomme le Klan en col blanc. (réd.)

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?