Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Août 2012 
La toute-puissance des agences de notation
Auteur : Rémy Cosandey

Presque tous les jours, on lit dans les journaux ou on entend à la télévision que des Etats et des banques sont notés à la baisse par Moody’s ou Standard & Poor’s. Ces agences de notation (il y en a 150 environ dans le monde mais les deux précitées sont de loin les plus importantes) ont un pouvoir gigantesque car elles jugent les pays ou les entreprises et c’est de leurs décisions que dépend le taux d’intérêt auquel les collectivités peuvent emprunter. En un mot, ce sont elles qui décident si un pays peut maintenir son niveau de vie ou s’il doit se soumettre à une cure d’austérité.

Les exemples récents de la Grèce, de l’Irlande, du Portugal et de l’Espagne montrent que ceux qui éprouvent des difficultés sont encore davantage enfoncés par les restrictions (qui touchent bien entendu les plus faibles) qu’on leur impose.Les seuls critères d’évaluation pris en compte sont des critères financiers. Par conséquent, ces agences évaluent les risques dans une optique financière, et non des risques plus globaux notamment en rapport avec des critères de développement durable. Elles insistent sur le fait que leur notation est une opinion. Outre que ceci leur assure une certaine protection légale, elles s’estiment être exonérées des conséquences de décisions prises d’après cette opinion.

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées en ordre de marche.
– Thomas Jefferson, président des Etats-Unis

Pour être agréées, les agences de notation doivent remplir plusieurs critères: l’objectivité, l’indépendance, la transparence, l’information au public, un niveau de ressources suffisant et la crédibilité. Mais sont-elles pour autant indépendantes et fiables? On peut en douter car elles sont rémunérées par le demandeur de notation et elles ont souvent porté des jugements complètement faux (faillite d’Enron, crise des subprimes par exemple).

Il est temps d’encadrer plus sévèrement les agences de notation et surtout de diminuer la puissance des grands organismes qui sont tous américains. Comme le suggère plusieurs gouvernements, il faudrait créer une agence européenne qui serait totalement indépendante vis-à-vis des Etats.

Mais, par-dessus tout, il est indispensable que les agences de notation et les grands organismes financiers (le FMI et la Banque centrale européenne notamment) proposent de lutter plus efficacement contre la fraude fiscale et considère que l’équilibre financier d’un pays dépend davantage de la justice fiscale que des restrictions qui sont imposées au peuple.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?