Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Décembre 2011 
Un peu d’histoire
Auteur : Henri Jaccottet

La démocratie est «le gouvernement du peuple par le peuple, pour le peuple». Cette déclaration célèbre est d'Abraham Lincoln (1808-1865), seizième président des Etats-Unis d'Amérique de 1861 à 1865, durant toute la guerre de Sécession. Il meurt assassiné par un fanatique.

Pour rendre la vie de société supportable, il faut des règles du jeu. Rappelons qu'au XVIIIe siècle av. J.-C. Dieu (dit-on) avait interdit à Abraham de lui sacrifier son fils Isaac et qu'au XIIIe siècle av. J.-C. le peuple juif avait reçu le Décalogue. Voilà de quoi nous rendre modestes !

En Grèce, dès avant l'an 600, où Solon promulgua des règles de bonne conduite en politique, quelques décennies avant l'instauration de la démocratie à Athènes, l'Assemblée du Peuple gouverna la cité par votations. N'oublions pas que le droit de vote était réservé aux citoyens et que les esclaves et les immigrés resteront privés de droit de vote pendant très longtemps, et que les femmes attendront beaucoup plus longtemps encore. Très tôt, les citoyens d'Athènes formèrent deux partis, celui des aristocrates et celui des démocrates.

La conquête romaine de 146 av. J.-C. ne changea pas grand-chose à l'affaire, mais cette culture politique ne dura guère que jusqu'au début de notre ère. A Rome, et jusqu'à l'an 10 av. J.-C., le pays était dirigé par le Sénat. Dès lors, les empereurs s'emparèrent du pouvoir et le pouvoir devint plus ou moins tyrannique selon les conceptions du maître. Puis ce fut le Moyen âge féodal.

Les Anglais furent les premiers à secouer le joug de leur roi: c'est la Magna Carta de 1215 qui restreignit la puissance du roi. Pour une dizaine d'années seulement (1648 à 1658) l'Angleterre eut un dictateur, Cromwell. Le roi Charles Ier, de tendance absolutiste, fut condamné et exécuté en 1649. A la mort de Cromwell, en 1658, les Stuart revinrent au pouvoir. Mais, en 1679, c'est l'Habeas Corpus (Que tu aies ton corps), c'est la fin des arrestations et des détentions arbitraires. En 1688, l'Angleterre vit une révolution non-sanglante, l'instauration pacifique d'une monarchie constitutionnelle et d'un Etat libéral.

En Amérique du Nord, à peine un siècle plus tard, surgit la première démocratie constituée de l'Histoire sous forme fédérale, les Etats-Unis d'Amérique. 1775: début de la révolte dans les treize provinces. 1776, Déclaration d'Indépendance. 1777, fin de la guerre d'Indépendance. Au début de 1789, les structures étatiques sont en place. Georges Washington, premier président des Etats-Unis, inaugure son premier mandat le 30 avril 1789.

Les Etats Généraux de France se réunissent le 5 mai de cette même année 1789. Après la Révolution et la Terreur, Napoléon s'impose et c'est le Premier Empire. Le continent attendra 1848 pour entrer finalement dans l'ère des démocraties, puis ce seront les trois horribles guerres européennes et mondiales.

Dès 1950, une vague individualiste submergea le monde occidental démocratique. Celui-ci oublie que l'homme est aussi un animal social. Le néolibéralisme économique bénéficie de cet état d'esprit. Son inventeur est nommé Prix Nobel d'Economie en 1976, et c'est l'économie à-tout-va, vivre à crédit. Et les faillites ne se font pas attendre, des entreprises d'abord puis celles des Etats qui se profilent à l'horizon. Le peuple, lui, refuse de payer les erreurs de ses dirigeants.

A l'heure actuelle, nous sommes en demeure de devoir renoncer aux mégalomanies de plus de cent années, de revenir à des sociétés de proximité et des économies de subsistance, comme le préconisent depuis plusieurs années les écologistes, ce qui signifie renoncer à la mondialisation (une utopie) pour vivre dans des régions démocratisées.
Toute démocratie doit s'appuyer sur une Constitution bien au point. Bien heureusement, les universités forment des juristes spécialisés appelés constitutionnalistes, qui mettront leur savoir au service de qui le leur demandera.

La route semble tracée...

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?