Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Octobre 2011 °
Un «hold-up» démocratique
Auteur : Georges Tafelmacher

Fin septembre 2011, les Chambres fédérales ont voté à une large majorité le budget pour l'armée à hauteur de 5 milliards de francs forts. Ce budget inclut, par la bande, l'achat de 22 avions de combat dévolus à la sécurité aérienne, évitant ainsi le danger d'un référendum et le possible refus du peuple échaudé par les coupures drastiques dans les caisses de la sécurité sociale, du chômage, de la coopération et de la formation. Ce vote a été gagné haut la main par la droite dure malgré le fait que Ueli Maurer, conseiller fédéral en charge du Département militaire et ex-président de l'UDC, aurait préféré une armée plus grande, plus forte, mais moins chère.

Par ce vote, nous pouvons enfin voir qui est véritablement aux commandes de notre pays. Ce n'est pas le peuple souverain comme d'aucuns aiment à le répéter à longueur d'année mais une droite dure représentant plus de 70% des sénateurs et soutenue par un lobby pro-militaire proche des milieux industriels et financiers. Ils nous ont montré à quel point ils se sont éloignés du peuple et ils ne peuvent plus nous «représenter» comme il se doit dans une démocratie de type «représentatif» car les principaux problèmes qui nous sont posés ces temps sont d'ordre social et de choix de société et non pas militaires.

En effet, nous nous sommes mis en danger par notre volonté d'enrichissement par la croissance infinie de la consommation, entraînant des pollutions dévastatrices et les réparations de ces dégâts nous coûteront bien plus que les 5 milliards gaspillés inutilement pour des avions censés redémarrer notre industrie péclotante et conserver des places de travail. De plus, on n'a pu nous dire exactement comment ces avions nous protégeront des dangers de notre modernité néolibérale débridée mais il semblerait que ce soit d'abord une histoire de dissuasion pour montrer sa force et pour faire peur aux hypothétiques envahisseurs et autres manifestants1.

L'achat de nouveaux avions de combat pose de nombreux problèmes et il convient de dénoncer la manœuvre antidémocratique de la droite et du lobby militaire pour faire passer ces avions par la force sans consulter le peuple. Pour contrer cela, le parti socialiste2 et le GSsA3 planchent sur une nouvelle initiative demandant un moratoire d'au moins 10 ans sur tout achat d'avions. Les signatures se récolteront à la pelle car il y a une volonté populaire qui, lasse de se serrer la ceinture, n'accepte plus de se faire tondre pour des questions de sécurité.


1 Les vols de F/A-18 au-dessus de Davos lors du World Economic Forum.
2 Voir Le Temps du lundi 3 octobre 2011 «Avions de combat: la colère socialiste».
3 Groupe pour une Suisse sans Armée (http://www.gssa.ch/spip/spip.php?article173 ).

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?