Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Juin 2011 
Réaction: Mieux cibler notre croissance
Auteur : Jean Morier-Genoud

Ce lecteur nous écrit:
Votre forum sur la décroissance m'a vivement intéressé et j'aimerais par ces quelques lignes insister sur la modification qui s'amorce ici: ce n'est pas «halte à la croissance», mais «retrouvons le sens de cette croissance». C'est faire injure à la vie et à une évolution de milliards d'années que de vouloir arrêter ce grand mouvement qui nous dépasse. Gaïa n'est pas au bout de ses ressources.

Il est clair que la croissance actuelle de la production de voitures, par exemple, est déjà condamnée par la fin du pétrole, et d'innombrables pics ont précédé celui-ci: celui des dinosaures, celui de la production des pyramides, des hallebardes, des clous de soulier et des téléviseurs (j'anticipe à peine). Les excès se corrigent d'eux-mêmes.

Je vois une humanité branchée sur le même réseau, qui véhicule un grand bavardage, mais de même que parmi nos milliards de neurones, très peu sont le siège de réflexions géniales, il faut laisser du temps à ce nouveau super-organisme pour voir émerger une spiritualité plus intense. Imaginez dans 50 ans, les voitures actuelles disparues, les livres sacrés rangés au placard (pour avoir suscité plus de haine que d'amour), cet ensemble formé de milliards d'êtres humains interconnectés, guéris de la surconsommation, découvrant enfin l'amour comme une des forces cosmiques fondamentales (au même titre que l'énergie gravitationnelle ou électromagnétique), ce que nous n'avons pas encore été capables de réaliser faute d'instrument de mesure adéquat.

Cette nouvelle donne passe entre autre par l'instauration du revenu d'existence, qui permettra une nouvelle attitude et une liberté plus grande face au pouvoir et au travail, conditions soulignées par Pierre Lehmann, François Iselin et en fait par tous les participants au forum. Ce n'est pas bien sûr «la solution», mais une condition importante. Pas d'impatience donc, mais veillons à mieux cibler notre croissance.


Dans nos sociétés enrichies, mais incapables d'éradiquer les phénomènes d'exclusion sociale en leur propre sein, le silence acheté par l'illusion du confort pour la grande majorité des consommateurs remplit la même fonction que l'omerta mafieuse. Les intimidations sont officielles et encouragées par les Etats: si nous consommons moins, nous ne sommes pas de «bons patriotes» puisque nous ne participons pas à la croissance économique qui est censée apporter des bienfaits à tout le monde.
Jean-Claude Besson-Girard, Descrescendo cantabile, 2005
Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?