Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Avril 2011 
Troisième âge
Auteur : Henri Jaccottet

À mon entrée dans ce dernier cercle, je sortais de 47 années de médecine: 7 ans d'études universitaires, 10 ans de stages hospitaliers, 30 ans de cabinet médical de ville associé avec mon activité à la Source. Dans cette vie professionnelle, j'avais essayé de concilier la théorie (sciences exactes: physique, chimie organique et minérale; biologie – qui n'était déjà plus tout à fait «exacte») avec mon métier qui consistait à aider les malades, la médecine étant une science, certes, mais combien différente précisément de ces fameuses sciences exactes du début, et leur caractéristique numéro 1: la preuve de leur exactitude, elle se trouve dans le fait que les expériences peuvent être répétées tant qu'on voudra, le résultat sera toujours le même. Avec l'humain, par contre, il n'y a jamais répétition des mêmes expériences…

Après cette longue période professionnelle, j'avais soif de sciences humaines: littérature, philosophie, histoire, métaphysique, psychologie, Freud puis Einstein ayant révolutionné notre conception du monde; mon bonheur n'eut plus de fin! Puis surgirent les problèmes de notre époque tout au long de mon chemin: l'écologie, les méfaits du libéralisme nouvelle mode (le néolibéralisme), la surpopulation, la débauche d'énergie menaçant 1'intégrité de notre planète. Le sens de naître, vivre et mourir révélait son côté tragique, mais en devenait par contre plus compréhensible, par conséquent plus rassurant. Mais je dois me dépêcher, car j'ai encore beaucoup à apprendre!

Il y a quelques jours, j'ai découvert un mot qui fait mouche d'une psychanalyste française distinguée qui illustre parfaitement mon sentiment actuel: «sénescence» peut aussi s'écrire «c'est naissance» !


Ne pas honorer la vieillesse, c'est démolir
la maison où l'on doit coucher le soir.
- Alphonse Karr

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?