Logo Journal L'Essor
2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011
2010 2009 2008 2007 2006 et 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Juin 2010    [80]
Au bonheur des salariés…
signalée par : Yvette Humbert Fink

Changer le capitalisme ? Une idée très actuelle mais en quête d'un modèle… Ce pourrait bien venir d'Angleterre, des 28 grands magasins John Lewis et des 223 supermarchés Waitrose dans lesquels chaque salarié a voix au chapitre sur la gestion et perçoit une part des bénéfices.

Le fondateur, John Spedan Lewis, né en 1885, refuse l'inégalité criante entre employés et patrons dans le grand magasin créé par son père et prend la direction de Peter Jones afin d'essayer autre chose: il instaure une journée de travail plus courte, des congés plus longs et, par étapes, fait en sorte que la propriété de l'entreprise et sa gestion reviennent aux salariés. Ce rapport différent au travail donne des résultats: les bénéfices grimpent, l'entreprise résiste mieux aux crises, les vols sont quasi inexistants et les employés sont plus créatifs, plus engagés, plus heureux en un mot. Ce plus ancien exemple d'entreprise à actionnariat salarié au Royaume Uni semble pouvoir être un modèle possible. «S'il s'agit de savoir la voie que doit emprunter le capitalisme, ce qu'est exactement une bonne entreprise et ce qu'elle doit faire, John Lewis n'est pas le pire modèle à étudier».

D'après Courrier International, mai 2010 (transmis par H. J.)
Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?