Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Juin 2010
Itinéraire d'un universitaire genevois, Ivo Rens
Lu par : Pierre Lehmann
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

Itinéraire d'un universitaire genevois
Ivo Rens, Bruyland, Bruxelles, 2009

Dans ce livre, Ivo Rens raconte sa vie et sa carrière depuis sa naissance en 1933 à Anvers jusqu'à aujourd'hui. Né de père belge et de mère française d'Algérie, il a vécu la Deuxième Guerre mondiale entre la Belgique, l'Algérie l'Angleterre et le Canada. En 1957 il entre à l'Union interparlementaire dont le siège est à Genève et visita l'Afrique occidentale en tant que fonctionnaire international. Après des études de droit et après avoir occupé diverses charges en Belgique et en Nouvelle-Zélande, il fut nommé professeur à la faculté de droit de l'Université de Genève.

Au plan politique, Ivo Rens est socialiste. Il est préoccupé par les grands dangers que la civilisation économico-industrielle fait courir à la planète et à la société. Il s'est en particulier investi dans la lutte anti-nucléaire et avait lancé en 1978 l'Appel de Genève qui s'adressait aux élus politiques des pays européens en vue d'obtenir le renoncement au surgénérateur Superphénix, lequel représentait à ses yeux un premier pas vers la société du plutonium, société soumise à un esclavage technologique et dans laquelle le droit à l'erreur n'existerait plus.

Inspiré par Colins et Georgescu-Roegen, Ivo Rens termine son ouvrage par une condamnation sans concession de la croissance économique. L'effondrement de la civilisation industrielle lui semble inévitable et il présente des arguments soutenus par de nombreuses références à l'appui de cette perspective.

Mélange d'autobiographie et de philosophie, le livre d'Ivo Rens est une lecture intéressante et agréable. L'auteur a vécu quelques moments clefs de l'histoire du XXe siècle et a bien réalisé que la civilisation industrielle «a organisé non seulement le pillage, mais encore le saccage de la Planète». Espérons que son livre sera lu par les trop nombreux économistes et politiciens qui ne veulent pas voir les conséquences de ce qu'ils font.

Pierre Lehmann

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?