Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Février 2010 
Du Locle à l’Oberland bernois
Auteur : Josette Von Känel-Forster

Le Locle m'a vue naître en 1948. Depuis 1972, c'est l'Oberland bernois qui me voit évoluer. Que le Jura m'a manqué, même pour convoler en justes noces!

La vendeuse de la boulangerie-épicerie du village savait parfaitement le français mais attendait patiemment que je m'exprime en bon allemand (appris sans grande conviction à l'école) et ensuite progressivement en suisse-allemand. A nos trois enfants, je parlais naturellement la seule langue que je maîtrisais: le français! L'un d'entre eux avait même écrit dans une composition: «Ma mère parle bien le français car elle vient du Locle…». Maintenant encore, si je m'adresse en dialecte bernois à une personne inconnue, cette dernière m'observe curieusement, se demandant d'où vient cet étrange charmant accent!

Après mes 9 ans de scolarité obligatoire, j'étais partie une année dans une famille du Canton d'Argovie. C'était une famille d'enseignants, très gentille, avec laquelle j'ai gardé contact. Ces gens avaient tout de suite accepté notre demande, c'est-à-dire de me parler l'allemand appris à l'école. Ce que nous ne pouvions pas savoir, c'est que quelques années plus tard je m'établirais dans une région où n'est pas parlé le langage enseigné dans les établissements scolaires romands…

Les langues étrangères (et indigènes!) permettent de mieux comprendre les pays visités et d'être plus ouverts aux différentes régions linguistiques de notre pays riches en traditions et coutumes.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?