Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Décembre 2009
Halte à une nouvelle forme de tyrannie !
Auteur : Henri Jaccottet
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

Depuis qu'il s'occupe des affaires, Monsieur Blocher commence toutes ses campagnes en désignant un bouc émissaire; en quelque sorte, il allume un feu qu'il alimentera ensuite avec l'aide de ses disciples. C'est ce qu vient de se passer. Le sujet, émotionnel au possible, était tout trouvé: les minarets sont le symbole de l'islamisme conquérant.

Remarque numéro 1.
André Gide disait qu'on ne fait pas de bonne littérature avec des bons sentiments. à plus forte raison, on peut affirmer qu'on ne fait pas de bonne politique avec des sentiments, qu'ils soient bons ou, pire encore, mauvais. En fait, tout homme politique qui se respecte doit faire taire ses sentiments. Sur ce point précis, on ne doit pas transiger. Attention!

On savait que l'initiative de l'UDC, étant incompatible avec la Déclarations des droits de l'homme, ne pourrait «de toute façon» pas être appliquée en Suisse. Le Conseil fédéral l'avait laissé entendre, mais il a sous-estimé le danger et laissé voter, désirant éviter le conflit avec l'UDC. Et, « oh surprise! », l'initiative a été acceptée et cela a aboutit à un chaos énorme. Les Suisses regardent avec effroi deux camps se profiler, prêts à en découdre, et la Suisse elle-même est soumise au déluge des opprobres du monde entier.

Remarque numéro 2.
Tout ce que j'écris dans ces ligne sur Monsieur Blocher, ce sont les journaux suisses qui me l'ont appris et si je parle de maladie psychique et de paranoïa, c'est d'eux également que je tiens ces diagnostics; je ne trahis donc aucun secret professionnel quelconque. La paranoïa est une maladie psychique dans laquelle ce qu'on appelle le psychisme justement n'est pas atteint; il reste normal sauf en ce qui concerne une idée fixe, « obsessionnelle », et le plus souvent unique; le négationnisme en donne un bon exemple.

Dans le cas particulier, l'idée de base est comme toujours la nuisance essentielle de tout ce qui vient de l'étranger et la soif de conquête de l'islam.

A cette pathologie « pointue » vient s'ajouter la monumentale fortune de Monsieur Blocher qui lui permet, la peur aidant, de subjuguer la majeure partie de l'opinion par sa publicité déferlante. Nous devons prendre conscience de tout cela; c'est sur ces fait que nous devons fonder notre opposition à ce nouveau genre de tyrannie.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?