Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Octobre 2009 
Les Anarchistes contre le Mur
Auteur : Pierrette Iselin

Parmi les plus engagés contre l'occupation israélienne en Palestine, il y a les Anarchistes contre Le Mur. Organisés en 2003, les Anarchistes se composent de jeunes Israéliens, âgés pour la plupart entre vingt et trente ans, qui résistent avec les comités populaires des villages palestiniens.

Ils n'ont pas de leaders officiels, pas de bureau, pas d'équipe payée et pourtant ils sont parvenus à accomplir des actions qui sont exemplaires. Ils sont actifs dans de nombreux villages et villes. Jour après jour, ils se déplacent par petits groupes en Cisjordanie, venant soutenir une action directe non violente qui aide les paysans palestiniens à obtenir l'accès à leurs champs et à leurs récoltes, tout en s'opposant à la construction du Mur de séparation et à la confiscation de la terre occupée. Ils sont bien connus dans le petit village de Bil‘in où, depuis plus de deux ans, des manifestations hebdomadaires ont été organisées contre le Mur qu'Israël construit en terre palestinienne. À ce sujet, on peut lire sur leur site 1 :

« Le cas Bil'in révéla le mensonge du plan de sécurité du gouvernement israélien. Le mur ne sert pas à protéger la population civile israélienne, mais sert de rempart à l'acquisition illégale de nouveaux terrains en vue d'élargir et d'agrandir les colonies au sein des territoires occupés. Alors que le tribunal international de La Haye condamna l'entreprise du gouvernement israélien, ce dernier poursuit sans égard son plan d'apartheid contre la population palestinienne qui consiste à diviser la Cisjordanie en cinq enclaves principales. Morcelant ainsi la Cisjordanie et par l'agrandissement de ses colonies existantes dont le mur n'est qu'une façade, le gouvernement israélien tente d'effacer de son panorama la réalité palestinienne et d'englober la Cisjordanie à son patrimoine national. »

Une des qualités les plus remarquables de ces jeunes Israéliens est l'utilisation subversive qu'ils font de leur privilège, auquel ils recourent, non pas en vue d'un profit personnel social, économique ou politique, mais pour résister au pouvoir. En d'autres termes, ils exploitent le privilège qui accompagne leur identité juive et l'utilisent comme atout stratégique contre la politique brutale de l'Etat juif.

Les Anarchistes sont fréquemment frappés et arrêtés, mais ils ne renoncent pas. A ce jour, une dizaine de Palestiniens ont été tués lors de manifestations contre la barrière de séparation, des milliers ont été blessés, un nombre qui serait bien plus élevé sans la courageuse collaboration des opposants israéliens.

Aujourd'hui, l'État israélien a commencé à se rendre compte que le fait de les frapper et de les mettre en détention n'arrêterait pas leur résistance obstinée. Une stratégie différente a été adoptée: un grand nombre d'inculpations ont été prononcées par le procureur de l'Etat.

Face à cette attaque juridique, les Anarchistes contre le Mur demandent qu'on les soutienne financièrement et que ces fonds servent aussi à la défense des résistants palestiniens de plus en plus appelés devant les tribunaux.

Voici les propos de Michel Warschawski, militant israélien anti-colonial, fondateur de l'AIC (Alternative Information Center) à Jérusalem à leur égard2:

« L'une des seules satisfactions, ces dernières années, dans ce qu'on appelle le camp de la gauche israélienne contre l'occupation est l'apparition des Anarchistes contre le Mur. A part la Coalition des Femmes qui déploie de grands efforts pour garder la tête hors de l'eau, tous les autres mouvements ont pratiquement cessé d'exister (comme Gush Shalom et Ta'ayush) ou, dans le meilleur des cas, ont perdu au moins la force dynamique qui les caractérisait il y a quatre ans. Je parle naturellement des mouvements et non pas des partis politiques ou des ONG pour lesquels il faudrait une discussion séparée. Les Anarchistes contre le mur sont un mouvement jeune – premier avantage – et un mouvement actif – second avantage – qui réussit à entraîner, par ses initiatives et ses actions hebdomadaires contre le mur de ségrégation, le reste des autres groupes et leurs « réfugiés ». Qu'ont donc ces «Anarchistes contre le Mur» qui les transforme en cet acteur combatif et énergique que nous connaissons? Premièrement, une perception très saine de ce qui est bien et de ce qui est mal; un sens que leur a permis, bien avant les autres, d'identifier le Mur comme un symbole du mal de l'occupation et, en général, du mal de cette période mondiale qui se construit sur des murs et l'apartheid. Deuxièmement, une volonté de sacrifice et la capacité de surmonter leurs craintes (y compris la peur de nos calomniateurs et détracteurs), ce qui nous paralyse par moment. Troisièmement, un contact franc avec les jeunes Palestiniens de leur âge qui permet une coopération beaucoup plus «cool» que celle que nous avons connue à la génération précédente, quand la coopération palestino-israélienne nécessitait de longues journées de discussion et des accords politiques.» (…) «Ici, en Israël, la révolution culturelle est toujours devant nous. Et jusqu'à ce qu'elle soit là, nous devons apprendre la modestie et la capacité à écouter, aller manifester à Bil'in et à Kfar Shalem, au check-point d'A-Ram et à Abu Dis, derrière les Anarchistes qui s'écrient «Derrière nous» et qui ouvrent la voie vers un nouveau combat contre l'occupation et vers une véritable coopération entre les peuples de la terre. »

Pour tout renseignement, vous pouvez vous adresser au: Collectif Urgence Palestine, case postale 5724, 1002 Lausanne. www.urgencepalestine-vd.ch


1   Qui sommes-nous français
2   Source: Campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien, août 2008.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?