Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Octobre 2009 
Que reste-t-il de l’anarchisme ?
Auteur : Michel Némitz
La part de la pensée libertaire dans le patrimoine culturel et social mondial a été longtemps occultée. Aujourd'hui encore, malgré un regain d'intérêt surtout marqué par le désenchantement des pays «communistes» et la chute du mur de Berlin, l'anarchisme est victime de préjugés et de méconnaissances. Pourtant les mouvements se revendiquant de cette pensée existent toujours et, bien que très minoritaires, sont plutôt sur une courbe ascendante. D'autre part son influence sur d'autres courants philosophiques et politiques est certainement plus importante qu'on ne le croit habituellement.

L'autogestion est la clé de voûte de l'anarchisme. Même si le mot n'a pas été inventé par les libertaires (il vient de Yougoslavie), le concept (on parlait alors d'autogouvernement) a été abondamment développé par les théoriciens socialistes libertaires tels que Proudhon, Bakounine, Elysée Reclus, Louise Michel et les membres de la Fédération Jurassienne de l'Association Internationale des Travailleurs durant la deuxième partie du XIXe siècle. Il fut la cause fondamentale des conflits qui les opposèrent aux partisans de Marx et du socialisme autoritaire.

Ce concept est le stade ultime de la démocratie puisqu'il implique la participation de toutes et de tous aux décisions, le respect des minorités, l'autonomie de chacun et la libre association. Par définition, elle est la décentralisatrice et le fédéraliste. Méfiante vis-à-vis de la délégation de pouvoir, elle prône les mandats impératifs et la révocabilité permanente de ses représentants.

Pour les anarchistes, l'autogestion ne se cantonne donc pas dans un monde alternatif de gestion des entreprises. Elle s'applique à tous les niveaux de la société: dans le travail, dans la politique, dans l'organisation sociale, dans l'économie, dans les luttes, dans les mouvements syndicaux.

Dans l'Histoire, de nombreuses pratiques autogestionnaires ont existé dans des périodes révolutionnaires, de ruptures, dans les luttes sociales ou comme projet «alternatif». Les anarchistes du syndicat CNT ont géré collectivement une bonne partie de l'industrieuse Catalogne et de l'Aragon rurale durant la guerre d'Espagne. L'Ukraine avec la figure légendaire de Makhno pratiquèrent le socialisme libertaire de 1919 à 1921 et se battirent contre les blancs et les rouges qui, pour ces derniers, finirent par les défaire militairement. A Genève, au sein de la FOBB (Fédération du Bois et du Bâtiment), les anarchistes avec Lucien Tronchet ont animé la Ligue d'Action du Bâtiment, pratiquant l'action direct aussi bien pour faire appliquer les conventions collectives que pour s'opposer à des expulsions de chômeurs ou créer des coopératives dans les métiers du bâtiment.

Avec ou sans les libertaires, on peut encore citer le mouvement Zapatiste au Mexique, les coopératives agricoles de Longo Maï, les usines récupérées en Argentine, les mineurs de la Tower Colliery qui ont racheter leur mine de charbon avec leurs indemnités de licenciement et l'exploite encore à l'heure actuelle. Ce sont autant de réalisations qui ont de forts points communs avec les propositions libertaires. Je m'arrête là car l'ensemble du journal n'y suffirait pas.

Relevons encore que les anarchistes se sont toujours opposés aux régimes liberticides, qu'ils soient de droite ou de gauche. Ainsi Bakounine a dénoncé, près de 50 ans avant la récupération de la révolution russe par les bolcheviques, les dérives totalitaires que ne manqueront pas d'impliquer les notions autoritaires du marxisme:
« Les marxistes prétendent que la dictature, seule – leur dictature bien évidemment – permettrait d'exprimer la volonté populaire. Notre réponse est celle-ci: nulle dictature n'a d'autre objectif que sa perpétuation et elle ne peut conduire qu'à l'esclavage du peuple la tolérant; la liberté ne peut résulter que de la liberté, c'est-à-dire de la rébellion du peuple laborieux et de sa libre organisation. »



Panorama non exhaustif de l'anarchisme aujourd'hui en suisse

·    Le Centre International de Recherche sur l'Anarchisme (CIRA) à Lausanne est une bibliothèque recueillant les publications anarchistes du monde entier. Elle possède un fond des plus prestigieux. www.cira.ch

·    La Coopérative Espace Noir à Saint-Imier est un centre culturel autogéré d'inspiration libertaire, contenant un cinéma, une salle de théâtre-musique, une taverne, une librairie, une galerie, un infokiosque, des conférences-débats et un centre de solidarité. www.espacenoir.ch

·    L'Organisation Socialiste Libertaire (OSL) fédère plusieurs groupes en suisse romande et alémanique, dont la Fédération Libertaire des Montagnes (FLM) pour les cantons de Neuchâtel, du Jura et le Jura Bernois. Elle publie une feuille bilingue (français – allemand): Rébellion. www.rebellion.ch

·    La Reithalle ou Reitschule à Berne, grand centre culturel près de la gare ayant de multiples activités tels que des concerts, du cinéma, une bibliothèque, des lieux de vie, etc.
www.reitschule.ch/reitschule/info-fr.html

·    Le Centre Autonome de Jeunesse (AJZ-CAJ), association de multiples associations culturelles et sociales alternatives dont la Coupole est la plus connue. On y trouve notamment un sleeping, un restaurant social, un infokiosque (Le Chat Noir) et une imprimerie et lieu de vie (La Commune Autonome). caj.ch/caj/histoire-du-caj

·    FAU, regroupement des anarcho-syndicalistes suisses alémaniques de plusieurs cantons.

·    A Genève, plusieurs groupes libertaires sont actifs, outre une petite section de l'OSL, Le Café Libertaire, La Petite Martine, Le journal satyrique Zombie Libéré, la librairie Fahrenheit 451. Jours de Mai (organise des événements dont une fête du 1er mai), Cinar: le cinéma en rouge et noir (ciné-club). www.genevelibertaire.ch/actuwww.lezombie.ch ;



Choix bibliographique :

«L'Anarchisme» de Daniel Guérin, Gallimard. Epuisé.
«La voie libertaire» de Michel Ragon, Plon. Epuisé.
«Anarchisme», collectif, Intervalles.
«L'Anarchisme aujourd'hui», Vivien Garcia, L'Harmattan.
«Mémoire d'un Rebelle», André Bösiger, Canevas, CIRA.
«La vie quotidienne et les luttes syndicales à Genève 1920 – 1940. Des anciens du bâtiment racontent», Christiane Wist, Ed Collège du Travail.
«La Fédération Jurassienne», Marianne Enckell, Canevas.
«Trois conférences faites aux ouvriers du Val de Saint-Imier», Michel Bakounine, Ed Le Chat déchaîné.
«Les horlogers de l'Anarchisme», Mario Vuilleumier, Payot.
«Les Hauts lieux de l'anarchisme jurassien», Charles Thomann, Editions du Haut.
«Vie et combat de Margareth Faas Hardegger. Anarchiste, syndicaliste & féministe suissesse romande, au début du XXe siècle» de Patrice Schindler. Ed. du Monde Libertaire

Quelques publications périodiques suisses et françaises et leur site Internet :

Rebellions, OSL (Bilingue, français/allemand, Suisse), www.rebellion.ch
Réfractions (Suisse – France), refractions.plusloin.org
La Question Sociale (Suisse – France – Italie – Espagne – Allemagne – etc.),
www.laquestionsociale.org
Le Monde Libertaire, FA (France), www.federation-anarchiste.org
Alternative Libertaire, Alternative Libertaire (France), www.alternativelibertaire.org
Courant Alternatif, OCL (France), oclibertaire.free.fr

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?