Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Avril 2009 °
Le chercheur d’absolu
Auteur : Christiane Bonder

Le chercheur d'absolu

Lorsqu'un ami Lyonnais m'a avoué qu'en France les Suisses étaient surnommés les «Oin-Oin», j'en ai éprouvé un certain malaise… A l'image de ces blagues naïves et vieillottes, la Suisse va-t-elle cumuler les clichés? Il semble que certains membres du Département de la défense nationale en soient restés aux années de mobilisation, quand nos frontières étaient garnies de toblerones en béton et que les petits Suisses se réfugiaient dans les trous de leur fromage.

Et si notre pays, au lieu de moderniser son armement, modernisait ses idées, s'ouvrait à l'autre, élargissait ses horizons? Et si l'argent consacré à l'achat de nouveaux avions de combat était utilisé pour promouvoir la paix? Imaginez l'honneur de reconnaître en cette Suisse neutre et de réputation humanitaire, un leader appelant, de par son exemple, à un pacifisme planétaire, tout en favorisant l'éducation et le dialogue universels. Un jour viendra où un pays devra impérativement prendre cette initiative. Et si c'était le nôtre?

L'idée même de posséder des armes contient en elle le germe de la guerre. Stoppons également la fabrication déguisée et la vente d'armes qui se font au nom d'une économie soi-disant indispensable qui doit, elle aussi, changer de cap. Revisitons Le chercheur d'absolu (Théodore Monod, Ed. Le Cherche Midi, 1997):

«Quelques consciences sont capables de résister à la tradition guerrière. Une poignée de résistants ne se laissent pas domestiquer par la mise en condition générale. Les contestataires, même s'ils sont une goutte d'eau dans la mer, touchent les gens, ouvrent les esprits. Il est bon de réveiller un peu nos contemporains. Car, spontanément, ces derniers ne sont malheureusement pas près du réveil…

Arracher l'homme à son amour maudit de la guerre, tel est mon objectif. Je n'en démordrai pas…

Le mot désarmement circule entre les chefs des gouvernements, tout simplement parce que l'humanisme est à la mode et permet aux politiciens de glaner des voix. L'espoir est pourtant dans la direction du pacifisme… Si une guerre atomique venait à se déchaîner aujourd'hui, ce serait mille fois Hiroshima. Preuve, si besoin en était, que nous avons fait beaucoup de «progrès». H.G. Wells le disait tout récemment: ce qu'on met dans la cervelle des gens importe tout autant à la paix du monde que ce que l'on met dans leurs arsenaux, et ne doit pas être moins soigneusement contrôlé.



L'armée obligatoire, c'est fini !

C'est sous ce titre que les journaux ont annoncé que, depuis le 1er avril dernier (et ce n'est pas un poisson d'avril!), la suppression de l'examen de conscience pour le service civil était effective. Ainsi donc, dès cette date, les objecteurs de conscience et les autres allergiques à l'armée n'ont plus qu'à signer une simple formule administrative pour éviter l'école de recrue et les cours de répétition.

Le service civil restera toutefois basé sur la preuve par l'acte, c'est-à-dire l'accomplissement d'un service une fois et demi plus long que le service militaire (390 jours au lieu de 260). En 2008, 1948 personnes ont déposé une demande d'admission au service civil. On peut penser que ce chiffre augmentera au cours des prochaines années.


Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?