Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Avril 2009 
Les convictions du GSsA
Auteur : Georges Tafelmacher

"GSsA" = Le Groupe pour
une Suisse sans Armée

 

En ces temps de grave crise existentielle et de profonde mise en question de nos choix de société, c'est le moment de disséquer cette phrase qui sert de titre à ce forum des lecteurs de L'Essor et de passer en revue ses constituants pour voir ce qu'il y a au bout de la théologie pensée-unique déterminant la défense nationale.

Forum: « Le rôle de la défense nationale aujourd'hui ».

Le
-    article défini renforçant le nom
-    objet premier
-    signe de l'importance que l'on y donne
-    valeur d'identification

Rôle
-    défense contre l'envahisseur
-    défense de valeurs dominantes, à imposer car supposées supérieures
-    défense des richesses des privilégiés et de leur domination économique sur la planète
-    dissuasion en montrant une force supérieure
-    rapport de force pour faire peur et prévenir les actes de violence
-    suivre l'escalade de l'armement pour être au même niveau que les pays voisins
-    lutter contre l'insurrection, la sédition, la révolte, la contestation populaire, l'anarchie
-    prévention contre les dangers de la vie
-    protection contre tout ce qui peut menacer notre existence
-    protection des moyens industriels et de subsistance
-    satisfaire les besoins de sécurité
-    combler les besoins identitaires

de la
-    article défini renforçant la défense
-    objet premier
-    importance donnée aux valeurs subjectives
-    valeur d'identification

Défense
-    l'armée et ses moyens militaires
-    l'affirmation du pouvoir de vie ou de mort sur les autres
-    la protection civile et l'exacerbation de l'importance que prennent les petits chefs locaux
-    le sport qui caractérise la nécessité d'imposer la discipline sur autrui et de le préparer à l'obéissance

Nationale
-    repli dans les frontières réputées sûres
-    rassemblement identitaire contre ceux de l'extérieur qui veulent accaparer les terres nationales
-    le droit des gentils nationaux d'être forts et de se défendre
-    lieu pour souder volontairement les liens entre les gens habitant un même territoire
-    l'aire de formatage des individus à un comportement conforme, commun et maîtrisé

Aujourd'hui
-    état de déliquescence du monde actuel
-    dangers: pollutions industrielles, immigration sauvage, atteintes aux moyens d'existence, réchauffement et changement climatique, pénurie des matières premières, injustice mondiale
-    menaces: violences vulgaires, colères populaires, failles individuelles, jalousie, effondrement psychologique des individus, viol de la sphère privée, pauvreté, injustice sociale et économique
-    terreur: forcer la main, régner par la peur, soumettre l'autre à son pouvoir
-    insécurité: incivilités, contestations et remises en question, défis contre l'autorité, le chaos
-    agressivité: la méchanceté des autres, la domination des brutes et des sauvages, les énervements
-    peurs: angoisses existentielles, sentiments de faiblesse et d'infériorité, émotions débordantes et incontrôlées, inquiétudes du futur, perte des repères normalisés, la peur de l'autre.


Cette liste, décomposée à la manière de Prévert, nous fait comprendre que l'idée de fond de la «défense nationale» est basée sur une tendance à percevoir le monde de manière dichotomique, binaire et volontaire. Qui prétend parce qu'on aurait si peur de la méchanceté qu'on croit voir chez l'autre, on aurait le droit de se défendre par les armes et tuer ces supposés méchants violents qui cherchent à pénétrer notre sphère privée et à contester nos certitudes. L'analyse des raisons qui motivent la défense nationale montre que ces motivations ne sont pas basées sur des raisonnements rationnels mais qu'elles sont de nature psychologique: c'est l'angoisse qui impose cette marche régalienne et militariste, c'est la peur qui nous fait traiter l'autre de méchant, ce sont nos projections mentales qui nous font voir chez autrui les prémisses d'une agressivité destructrice, ces sont nos paranoïas qui nous font voir des ennemis partout. Tout le raisonnement pour justifier la défense nationale est basé sur des notions psychologiques qui sont refoulées dans le plus profond de nos inconscients irrationnels dont nous ne voulons rien savoir. L'ironie étant que l'idéologie censée encenser l'armée fait appel à nos pires instincts, à des motivations autodestructives enfuies dans les marasmes de nos inconscients pathologiques.

Jusqu'à maintenant, la philosophie de la défense consistait à vouloir une paix relative en préparant la guerre, soit en s'armant contre des tendances perçues comme dangereuses et anéantissantes et en aiguisant son potentiel de donner la mort. A présent, il faut retourner la proposition en insistant sur le fait que si on veut la paix, il faut la préparer en s'adonnant à la construction de rapports humains basés sur l'entente, le respect, la compréhension, la médiation, la résolution pacifique des conflits et la mise sur pied d'une société où chaque personne y participe de son plein gré en construisant sa vie particulière en relation holistique avec les autres. On peut certes continuer à croire que parce que la guerre a toujours existé, il faut la perpétuer mais après plus de 6'000 ans de ces guerres quasi constantes, où la capacité de destruction a été multipliée par une facteur de 100'000 depuis la massue des hommes des cavernes jusqu'aux bombes de destruction massives fruits de notre haute technologie, il est temps de nos jours de chercher d'autres moyens pour pouvoir tous vivre ensembles sur cette planète surchauffée si nous ne voulions pas que nous disparaissions à jamais!

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?