Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Février 2009 °
Homo oeconomicus : Une gestion désastreuse
Auteur : Rémy Cosandey
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

Une gestion désastreuse

A l'issue d'une longue période de haute conjoncture, l'assurance-chômage se retrouve avec un déficit de 5 milliards de francs. La raison est connue: il y a quelques années, sur la pression des milieux patronaux, les autorités ont abaissé de 3 à 2% le taux des cotisations. Les salariés n'ont pas constaté une grande différence sur leur fiche de paie. En revanche, les entreprises ont fait des économies se chiffrant à plusieurs milliards de francs, augmentant du même coup leurs bénéfices et le dividende versé aux actionnaires.

Selon les prévisions, le chômage va augmenter de 50% au cours des prochains mois. La tentation sera grande alors de dire qu'il n'y a plus d'argent et de tailler dans les prestations.

Autre problème: de l'avis du directeur de l'Office fédéral des assurances sociales, l'Assurance-Invalidité est cliniquement morte. Là aussi, on a laissé aller les choses. Telles des autruches, les parlementaires fédéraux ont mis la tête dans le sable. La majorité d'entre eux – les élus de l'UDC en particulier – se sont attaqués aux abus (qui existent il faut le reconnaître mais qui ne représentent qu'une part très modeste des rentes) alors qu'il aurait fallu s'attaquer au financement de l'AI et à ses causes. A Berne, on n'a pas encore compris qu'il vaut mieux intervenir en amont plutôt qu'en aval.
«Gouverner, c'est prévoir», disait un penseur du 19e siècle. Deux siècles plus tôt, Jean de La Fontaine nous avait déjà mis en garde en écrivant «La cigale et la fourmi». Mais sans doute la majorité des parlementaires fédéraux n'aiment-ils pas les fables!

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?