Logo Journal L'Essor
2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011
2010 2009 2008 2007 2006 et 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Février 2009 
La couleur de mes yeux
Auteur : Mireille Grosjean

Cet article est une contribution supplémentaire
reçue concernant le forum du numéro précédant:
Les Discriminations

Etre différent, pas normal, isolé, seul de son espèce. C'est un sentiment nouveau pour moi. Je séjourne depuis le 15 septembre en Extrême Orient.

Il y a des femmes japonaises qui ont des cheveux gris comme moi. Il y en a qui sont rondes comme moi. Il y en a qui sont petites comme moi (1.58). Alors… Pourquoi est-ce que les enfants ont peur de moi? Pourquoi est-ce qu'ils se cachent derrière leur mère? Pourquoi est-ce que les femmes quittent le bain quand j'y entre? Pourquoi les gens restent-ils debout dans le bus quand il y a une ou deux places libres à côté de moi? A cause de mes yeux.

Mes yeux sont clairs, un peu verts un peu beige-jaune, un mélange de couleurs qui n'a rien de rare chez nous en Suisse. Mais ici, en Asie, tout le monde a les yeux noirs. Mes yeux me font paraître un extra-terrestre, un «alien». Je fais peur. Les yeux, c'est très important. Quand on regarde une personne, quand on parle avec quelqu'un, on regarde ses yeux, en Suisse. Dans un article du Monde de l'édition du 13 septembre 2006, «Lire les émotions dans les yeux ou sur les lèvres», on apprend que les Japonais lisent les émotions à travers les yeux. Par opposition, les Américains déchiffrent les émotions faciales à partir de la bouche… L'amour ou la haine se lisent dans les yeux. «Les yeux, miroir de l'âme» dit le poète… Je suis un être étrange pour les Japonais. Il y a quelques jours, je marchais dans la rue à Kyoto et j'ai vu une silhouette dans la vitrine à côté de moi; j'ai été surprise, j'ai presque eu peur: la personne avait des yeux bizarres… c'était moi, c'était mon reflet. Je me fais peur! Mon cerveau s'est habitué à ne voir que des gens aux yeux noirs. Donc je réagis comme les Japonais ici: je suis surprise par une personne autre!

Si on met une personne sur la tête, elle voit tout à l'envers. Ensuite, après un certain temps, le cerveau rétablit la vue dans le bon sens. Il m'arrive la même chose. Je suis parmi des gens aux yeux noirs depuis trois mois et je me suis habituée. Voir une personne aux yeux clairs me surprend… Peut-être aurai-je un choc culturel en revenant en Suisse…

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?