Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Juin 2008 
Sans armes ?
Auteur : Jean-Paul Borel

À Louis Aragon

[…l'homme…] Sa vie. Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu'on avait habillés pour un autre destin
À quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu'on retrouve au soir désœuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie. Et retenez vos larmes
Il n'y a pas d'amour heureux

Quel est cet «autre destin», pour lequel je me suis «levé matin», le jour de ma naissance comme à chaque nouvelle journée? Pas devenir célèbre, riche ou puissant, certes, mais, en quelques mots, faire quelque chose de «Ma vie», aimer la vie, aimer le monde, aider le monde à devenir meilleur et par là donner un sens à Ma vie! «Au soir» (de Ma vie, et de chaque journée accomplie ou à accomplir encore), je me retrouve «Désœuvré incertain», conscient de n'avoir pas réellement accompli mon «autre destin», le seul vrai projet digne de chaque humain. Si je pense à Ma vie, à mon amour de la vie, des hommes, du monde, j'ai de la peine à retenir mes larmes et je murmure qu'il n'y a pas d'amour heureux. Soldat, comme toi, ma sœur, mon frère, soldat du seul combat qui vaille la peine d'être livré, est-ce que j'étais vraiment sans armes? Je peux, «rationnellement», dire qu'il n'y avait rien à faire, que tout était joué et les dés pipés, que la goutte d'eau de mes petits efforts personnels représente une arme à la fois prétentieuse et ridicule. Pourtant…! Pourtant, il y a en moi, comme en toi, un potentiel d'amour, de bonne volonté, de recherche du dialogue, d'ouverture à autrui, de lucidité aussi et, en plus, quelques modestes talents, le don de l'expression (par la parole, la geste, le regard), le maniement honnête et sincère de la pensée, et pour chacun sa petite spécialité, quelque chose qu'il sait faire assez bien. Alors, luttons tous avec les armes que nous avons, jusqu'au bout.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?