Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Avril 2007
Ne plus se laisser tondre comme des moutons
Auteur : Rémy Cosandey
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

Le capitalisme industriel des patrons paternalistes (ceux qui savaient respecter leurs collaborateurs) a été assassiné par le capitalisme financier. Avec le néolibéralisme, les choses sont claires: l’augmentation des richesses profite aux actionnaires et aux grands patrons (celui d’UBS gagne 100'000 francs par jour ouvrable!). Quant aux salariés, leurs conditions de travail deviennent de plus en plus précaires et leur pouvoir d’achat stagne pour les mieux lotis et baisse pour les plus démunis.

Dans le monde économique (et parfois même aussi dans les administrations) règnent l’insécurité, la menace, le harcèlement moral, la crainte du chômage. Les politiciens démissionnent, par collusion avec le capitalisme ou sous prétexte qu’on ne peut pas s’attaquer aux lois du marché. Les travailleurs se résignent par peur des représailles.

Si le fossé social s’élargit encore, on va droit à la catastrophe. D’où viendra le salut? Peut-être par l’action concertée de toutes les organisations (Eglises, mouvements citoyens, ATTAC, etc.) qui luttent pour la dignité de l’homme et pour une répartition plus équitable des richesses de ce monde.

Mais ce sont les travailleurs eux-mêmes qui tiennent leur destin entre leurs mains. Ils sont nombreux mais isolés. Ils ont besoin d’unité mais le patronat les a divisés pour mieux les exploiter. Ils ont des intérêts communs à défendre mais ils ont de la peine à dépasser leur individualisme. Alors, nous leur disons: unissez-vous (syndicats, comités d’entreprises), faites bloc contre l’injustice, pratiquez la solidarité avant de l’exiger des autres.

Il est temps que les salariés, les artisans et les petits indépendants disent d’une seule voix qu’ils en ont marre de se faire tondre. Il est temps que les ateliers et les bureaux redeviennent des lieux de convivialité.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?